Volkswagen Passat AWD 4 Motion 2000 : une Quattro sous un autre nom…

ESSAIS ROUTIERS par Sylvie Rainville, septembre 7, 2000

Un bon nombre de ces véhicules, qu’il s’agisse de Golf et de Jetta, en version familiale, à quatre roues motrices, avec transmission manuelle à 6 vitesses, muni des moteurs VR6 de 200 chevaux ou du frugal TDI diesel de 1,9 litre de 115 chevaux, risque de prendre bien du temps avant de se retrouver chez nous. Cependant, l’arrivée de la Passat 4 Motion nous a fait bénéficier ainsi de l’arrivée d’une version toutes roues motrices, un véhicule qui mérite d’être accueilli avec tous les honneurs. La conception d’une Passat AWD 4 Motion ne constitue pas un pas en avant pour VW au plan technologique. La VW de catégorie intermédiaire partage son «architecture» avec la Audi A4, laquelle est disponible avec son propre système à toutes roues motrices depuis le tout premier jour. Et, malgré des appellations différentes, il s’agit du même système. Cette 4 Motion comporte une suspension arrière toute indépendante à double barre de liaison transversale, qui diffère non seulement du système à barre de torsion de la Passat à traction, mais qui est aussi différente de celle de la Audi A4. En vérité, le système AWD n’est même pas une nouveauté dans la Passat. Une version antérieure, appelée Syncro, fut sur le marché ici un certain temps au début des années 90, mais ce fut un désastre au chapitre des ventes. Le système Syncro, cependant, consistait en un système sur demande qui faisait appel à un viscocoupleur pour faire passer la puissance aux seules roues arrière lorsque les roues avant se mettent à patiner. Le système quattro/4 Motion s’applique aux quatre roues en permanence selon un ratio normal de 50/50, mais qui peut varier jusqu’à 67/33 en faveur de l’avant ou de l’arrière. Le différentiel central Torsen se barre automatiquement si le besoin se fait sentir, tandis que le dispositif de barrure électronique du différentiel (Electronic Differential Locking). une sorte de système de contrôle de traction avec intervention des freins, reproduit la fonction de différentiels bloquants sur les trains avant et arrière. On se retrouve ainsi avec un système à toutes roues motrices transparent et permanent, qui peut permettre d’avancer même si seulement une roue a de l’adhérence. Au début, du moins, le système 4 Motion sera offert sur les berlines et familiales Passat en versions GLS et GLX, mais seulement sur celles qui seront munies du moteur V6 et de la boîte automatique. Il s’agit d’un équipement facultatif qui coûtera 2 750 $. Si vous avez conduit une Passat des années récentes, vous avez sans doute apprécié son impressionnante combinaison d’agilité et de stabilité; comme il faut s’y attendre, le système quattro ou 4 Motion, amène ces qualités à un niveau encore plus élevé. Si on ajoute à ces «vertus», le raffinement du moteur V6 de 2,8 litres avec la transmission automatique, le produit final est une voiture de grande maturité, très bien construite et justifiant la fière ambition de VW d’en faire une marque haut de gamme (36 730 $ pour le modèle berline GLS V6 4 Motion), voilà qui ne semble plus cher, pour une Volkswagen. Maintenant, quand aurons-nous droit à une familiale Jetta AWD avec moteur TDI de 115 chevaux et boîte manuelle à 6 rapports?