Toyota Camry 2018 – Le jeu de la séduction

ESSAIS ROUTIERS par Jean-Pierre Bouchard, septembre 5, 2018

APPRECIATION DE: -

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Appréciation générale:

La Toyota Camry 2018 vient de subir une transformation majeure. Sans doute la plus ambitieuse à ce jour. Pour cette 8e génération, le constructeur a fait preuve d’un peu plus d’audace, et lui a insufflé une personnalité plus affirmée, à l’extérieur comme sur la route. Cette approche la rendra-t-elle plus séduisante aux yeux des (nouveaux) acheteurs?

Des intermédiaires en perte de vitesse

2018_toyota_camry_xse-29 Pour l’heure, les intermédiaires ne sont donc pas mortes. Mais les constructeurs doivent être plus créatifs et proposer des voitures un peu plus sexy. Cette catégorie à laquelle fait partie la Camry est l’une des plus malmenées depuis les dernières années. Pertinence de cette catégorie de voitures ? Phénomène lié au vieillissement des acheteurs ? Intérêt plus grand à l’endroit des voitures compactes ou des utilitaires sport? En juillet, 8 des 10 voitures les plus vendues au Canada appartenaient à la catégorie des compactes. Les deux autres places étaient occupées par deux intermédiaires : la Toyota Camry et la Honda Accord, qui a elle aussi bénéficié d’une refonte majeure pour 2018. La Toyota Camry 2018 mène toutefois le bal, occupant la première place des intermédiaires les plus vendues, et affichant une hausse des ventes significative.

De l’audace. Trop d’audace?

07-toyota-camry-2018 Vous pourriez ne pas partager mon intérêt (enthousiasme) pour la nouvelle enveloppe de la Camry. Mais si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez un certain attrait pour la berline, et que vous lui trouvez certaines qualités esthétiques. Mais peut-être n’êtes-vous par encore prêt à faire le saut, son nom étant plus souvent qu’autrement associé à une clientèle plus conservatrice.

Jusqu’à présent, Toyota n’avait pas fait preuve d’autant d’originalité dans son trait de crayon. Encore moins pour la Camry. Mais force est de constater que le constructeur japonais a voulu cette fois créer un effet « Wow ». Au fil des générations, la berline s’est surtout voulue rassurante. Fidèle compagne, elle ne faisait pas nécessairement tourner les têtes. Très peu de concurrentes non plus, d’ailleurs. Les Chevrolet Malibu, Ford Fusion, Hyundai Sonata ou Volkswagen Passat, pour n’en nomme que quelques unes, n’ont rien de bien excitantes, malgré leurs qualités respectives.

Plus flamboyante, la carrosserie de la nouvelle Camry joue davantage les séductrices. Suffisant pour rajeunir la clientèle ? C’est le défi que semble se lancer Toyota.

En diminuant la hauteur et la garde au sol, en allongeant son empattement et en augmentant la largeur et la longueur, ainsi qu’en dessinant une calandre plus imposante, les concepteurs ont relevé la prestance de la Camry, en particulier dans une livrée comme la XSE, qui a fait l’objet de cet essai.

Dotée de jantes en alliage de 19 po, de phares et feux combinés arrière à DEL, d’un aileron arrière, de quatre embouts d’échappement et d’un toit ouvrant panoramique, la Toyota Camry XSE s’impose sur la route. Et encore plus avec le couleur deux tons, une option dont le coût varie de 540 $ à 795 $.

De bon goût

2018_toyota_camry_xse-31 Moderne, la présentation intérieure mise sur l’efficacité. La présence de la console centrale aux traits angulaires constitue une pièce maîtresse. Les matériaux sont, pour la plupart, de souples et bien ficelés. Mais comme c’est encore malheureusement le cas chez bon nombre de constructeurs, on trouve quelques plastiques durs. L’habitacle profite également d’une meilleure insonorisation que par le passé.

En abaissant la garde au sol, les concepteurs ont rendu les entrées, et surtout les sorties, un peu moins aisées. Car on a plus tendance à être assis bas. Une fois installé derrière le volant, le conducteur apprécie la position de conduite, le généreux espace pour les jambes, ainsi que la visibilité. Le conducteur est épaulé par un moniteur d’angles morts et un système d’alerte de circulation transversale arrière. En présence du toit ouvrant, les plus grands trouveront l’espace pour la tête plus juste, résultat de la réduction de la hauteur de la voiture. C’est un peu moins heureux lorsqu’on préfère adopter une position de conduite plus haute. L’instrumentation est parfaitement lisible et la plupart des commandes tombent sous la main.

Les sièges avant assurent un bon confort. La XSE a droit à des sièges sport en cuir, à 8 et à 6 réglages assistés respectivement pour le conducteur et le passager. J’ai eu droit à une voiture équipée de sièges et de garnitures en cuir rouge vif, ce qui est plutôt inusité pour une voiture de cette catégorie, et pour une Toyota. Mais l’effet est réussi. À l’arrière, les passagers devraient apprécier le confort, mais la perte de quelques millimètres pour les jambes et la tête pénalise surtout les personnes de plus grande taille. Les autres n’y verront que du feu.

Technologie Entune

Toyota équipe toutes les Camry d’un système nommé Entune. Il comporte « une suite d’applications intelligentes et de services connectés. » À défaut d’être révolutionnaire, ce système fait passer la berline dans l’ère de la modernité, en fournissant au conducteur divers renseignements comme l’état de la circulation, le temps et le prix du carburant. La version Audio Plus de la XSE inclut un bouton SOS en cas d’urgence, l’avis de collision automatique et la localisation du véhicule à la suite d’un vol. Pour les intéressés, Apple CarPlay n’est pas disponible. Le grand écran de 8 po facilite la consultation de l’information et l’utilisation des commandes tactiles.

Vous pourrez également profiter d’un système de recharge pour votre téléphone intelligent, pour peu que l’appareil soit compatible avec la recharge sans fil.

Des motorisations pour tous les goûts

Toyota vous offre toujours trois motorisations : quatre cylindres, V6 et hybride. La puissance du quatre cylindres de 2,5 L atteint 206 chevaux sur la XSE (203 chevaux sur les autres versions), alors que le V6 de 3,5 L, révisé pour 2018, développe 301 chevaux. Tout comme le quatre cylindres, il est associé à une boîte à 8 rapports. Comme par le passé, la Camry est également proposée en version hybride, qui compte pour environ 25 % des ventes.

Le quatre cylindres déplace la voiture avec aisance en toutes circonstances. Mais elle souffre un peu de la présence de quelques kilogrammes de plus par rapport à la Honda Accord ou à la Mazda6. Les passages de la boîte automatique manquent parfois d’onctuosité. Je n’ai pas eu l’occasion d’essayer le modèle animé par le moteur V6. Par contre, j’ai pu l’apprécier cette motorisation au volant du Toyota Highlander. Et force est de constater que la boite fonctionne avec beaucoup plus de douceur, et le moteur avec encore plus de douceur. Mais le V6 nécessite un déboursé d’environ 5 000 $ de plus.

La consommation moyenne de carburant a atteint 8,5 L/100 km durant l’essai. Mais il y a fort à parier que l’on peut faire un peu mieux. Le modèle hybride, qui constitue toujours un excellent choix, promet une consommation encore plus intéressante, sans pénalité sur le plan des performances. Guideauto.com vous en présentera éventuellement un essai.

Sur la route

Les concepteurs ont commencé leur exercice de transformation en utilisant une nouvelle plateforme nommée TNGA (Toyota New Global Architecture), que l’on trouve notamment dans les nouvelles Avalon, Corolla Hatchback et C-HR. Cette nouvelle architecture devrait, selon Toyota, permettre de proposer des véhicules « plus dynamiques, plus agréables à conduire et plus sportifs que jamais. » Et la Camry l’illustre de belle façon.

Sans offrir le comportement routier raffiné d’une Audi ou d’une BMW, elle procure un agrément de conduite supérieur à la précédente, et a peu, sinon rien, à envier à la plupart des concurrentes. Sur la route, la Toyota Camry XSE surprend agréablement, résultat notamment de la nouvelle architecture, du centre de gravité plus bas et d’une suspension réglée pour accroître le tempérament sportif – sans pour autant perturber le confort des occupants sur les chaussées endommagées. La présence des jantes de 19 po contribue également à la stabilité de la voiture. Précise, la direction favorise l’agilité de la voiture. En courbe, elle garde le cap avec un bel aplomb. Les freins de leur côté démontrent une grande efficacité. Au final, la voiture inspire confiance.

Le mot de la fin

Dans un marché concurrentiel, la Toyota Camry 2018 arrive à point nommé. Elle cumule suffisamment de qualités pour en faire une berline intermédiaire séduisante aux yeux des clients actuels, et des nouveaux clients. Il s’agit de mon point de vue d’une évolution heureuse, qui place la voiture dans une excellente position.

Fiche technique de la Toyota Camry XSE 2018

  • Prix de base : 37 334 $ (28 834 $ pour la version L)
  • Prix du modèle essayé : 38 129 $ (transport et préparation compris)
  • Entraînement : Traction
  • Moteur : 4 cylindres de 2,5 L (206 chevaux, 186 lb-pi de couple)
  • Volume du coffre : 427 L
  • Consommation moyenne obtenue durant l’essai : 8,5 L/100 km