Toyota C-HR 2018 – Le petit charmeur de la famille Toyota!

ESSAIS ROUTIERS par Jean-Pierre Bouchard, août 15, 2017

APPRECIATION DE: Toyota - C hr 2018

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

Le Toyota C-HR 2018 rejoint les Honda HR-V – oui, les lettres commencent à semer la confusion auprès des acheteurs – Mazda CX-3, ainsi que le duo Chevrolet Trax et Buick Encore. Le constructeur japonais a cependant choisi de commercialiser ce petit véhicule, assemblé en Turquie, uniquement dans la configuration à traction avant. Le rouage intégral n’étant réservé qu’au Toyota RAV4. Avant d’aller voir les concurrents qui offrent une version intégrale, jetez tout de même un coup d’œil sur  ce nouveau-venu. Le petit charmeur de la famille vous réserve néanmoins quelques agréables surprises.

Un style dynamique, une palette de couleurs rafraîchissante!

D’abord une rafraîchissante palette de couleurs qui inclut vert radieux mica. Le nom dit tout. Pour reprendre une populaire chanson de la Compagnie Créole : « Ça fait rire les enfants, ça fait chanter les abeilles…». Pour cet essai, Toyota avait mis à ma disposition un modèle disons plus… masculin : bleu éclair métallisé avec toit et rétroviseurs blancs (une sélection qui augmente la facture de 540 $). Cette approche cosmétique rappelle le style des modèles de marque MINI. En comparaison, la plupart des concurrents du C-HR ont plutôt la mine basse.

Ensuite des formes de la carrosserie qui, pour un véhicule Toyota s’entend, traduise un vent de jeunesse, une clientèle que le constructeur – tout comme tous les constructeurs automobiles d’ailleurs – veut séduire. Les concepteurs ont opté pour des lignes franches, qui lui confèrent une allure robuste et sportive, surtout chaussé des jantes de 18 po (une option). Pour le reste, je vous laisse en juger.

Seul défaut majeur : un important angle mort du côté droit, vers l’arrière. De série, on l’a équipé d’une très utile caméra de recul, que j’aurai cependant logée ailleurs que dans le rétroviseur afin de profiter d’une plus grande surface d’affichage, d’autant plus que l’écran pour la radio mesure 7 po. En ajoutant le « Groupe haut de gamme » (1 600 $), vous profitez, entre autres caractéristiques, d’un moniteur d’angles morts (BSM) – qui compense certains problèmes de visibilité – et l’alerte de circulation transversale arrière (RCTA). Pour une démonstration du fonctionnement du RCTA, je vous invite à regarder la vidéo .

Ce groupe comprend, en plus des roues de 18 po en alliage d’aluminium en remplacement des roues de 17 po, un bouton-poussoir pour le démarrage et des rétroviseurs repliables électriques. Petit détail intéressant, ces derniers comportent des lampes qui éclairent le sol en projetant les lettres C-HR. Autre caractéristique pratique, et plutôt rare dans un véhicule de moins de 30 000 $ : un régulateur de vitesse dynamique à radar de série. En gros, lorsque vous activez le régulateur de vitesse, le véhicule ralentit lorsqu’il détecte que le véhicule devant lui est trop près pour conserver une distance sécuritaire.

Une présentation intérieure qui s’inscrit dans la modernité

2018-toyota-c-hr_33 À l’image de l’enveloppe extérieure, la présentation intérieure s’inscrit dans la modernité, sauf être pour autant futuriste. Une fois à bord, on constate que le véhicule, en apparence de petit gabarit, offre un bon dégagement pour les jambes et la tête aux occupants de grande taille à l’avant. Les places arrière sont un peu plus serrées, et l’accès est plus difficile.

L’espace utilitaire offre un volume de chargement raisonnable : 538 L derrière la deuxième rangée de siège. Et presque le double (1 031 L) une fois ces sièges rabattus. C’est beaucoup ? Plus ou moins en comparaison du Honda HR-V, dont le volume est respectivement de 688 L (150 L de plus) et de 1 665 (634 L). Mais oui en comparaison du Mazda CX-3, dont le volume utilitaire derrière la deuxième rangée de siège est de 452 L (86 L de moins). Par contre, en baissant chaque section de la banquette, il passe à 1 528 L. Mais vous devrez laisser vos passagers à la maison. Il ne faut pas perdre de vue que les véhicules de la trempe du Toyota C-HR ne sont pas principalement destinés aux familles nombreuses. Celles-là doivent plutôt opter pour le RAV4 ou le Highlander. Ils le sont pour une personne célibataire (environ 1 personne sur 3 au Québec !) ou un couple. Un enfant ? Probablement. Mais si l’on se fie à la quantité de choses que les parents emportent pour chaque voyage (poussette, jouets et autres accessoires), l’espace risque de faire défaut.

Derrière le volant, le conducteur bénéficie d’une bonne position de conduite et d’un siège confortable et qui procure un bon soutien. Il dispose de réglages électriques pour le siège, y compris le soutien lombaire. Le passager avant ne semble pas non plus incommodé par un manque de confort. Pour cet essai, j’ai parcouru Québec-Montréal la même journée, sans fatigue intense. Et j’ai réalisé le trajet en compagnie de ma mère, essayeuse émérite, qui, à 79 ans, ne m’a fait aucune remarque particulière sur le confort. Devant lui, le conducteur pose les yeux sur une instrumentation lisible et les mains sur des commandes accessibles. Les matériaux utilisés sont, de façon générale, de belle facture. Et l’insonorisation mérite une mention honorable.

Sous le capot

Afin de mouvoir son C-HR, Toyota retient les services d’un quatre-cylindres de 2 L. Il s’agit d’une première utilisation de ce moteur qui développe 144 chevaux et produit un couple de 139 lb-pi à 3 800 tr/min. Le Mazda CX-3 en offre 146 (et un couple de 146 à 2 800 tr/min) et le Honda HR-V 141 (et un couple de 127 à 4 300 tr/min). Il lui adjoint une boîte à variation continue (CVT). Époustouflantes les performances? Plus ou moins. Suffisantes? Oui, dans la plupart des circonstances. La boîte CVT l’accompagne brillamment. En moyenne, j’ai obtenu une consommation de 7,6 L/100 km, en tenant compte d’une portion importante réalisée sur la grand-route.

En utilisant la nouvelle plateforme que l’on retrouve déjà dans la dernière génération de Prius, et qui servira d’assise à la Camry (dont le lancement est prévu cet été). C’est un gage d’un comportement routier équilibré. La Prius en témoigne d’ailleurs avantageusement. Sur la route, la C-HR traite les occupants en douceur. Vive, la direction contribue à la maniabilité du véhicule. La suspension absorbe la plupart des imperfections de la route en douceur. Il fait preuve d’une grande stabilité, sur route comme en virage, qui donne l’impression de conduire un véhicule plus imposant.

Plusieurs critiques ont été adressées à Toyota concernant l’absence de rouage intégral. Mais, constituerait-il vraiment une valeur ajoutée? Certes, c’est pratique dans certaines situations. Mais rien que d’excellents pneus d’hiver et la présence des dispositifs modernes de contrôle de la traction ne peuvent remplacer. Par contre, on ne peut s’empêcher de jeter un coup d’œil aux rivaux qui, à tout le moins, l’offre en option. Par exemple, le Honda HR-V à rouage intégral coûte 26 630 $, soit à peine 180 $ de plus, et le Mazda CX-3 GS AWD, 26 725 $. C’est 275 $ de plus. Mais tout porte à croire que le prix n’est pas le premier critère des acheteurs. Ils recherchent surtout un véhicule un peu plus unique.

Cette année, Toyota a levé le voile sur un petit véhicule qui rassemble plusieurs qualités. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit surtout d’un véhicule coup de cœur, que l’on aime d’abord pour son apparence atypique. On ne peut cependant s’empêcher, et le constructeur en est certainement conscient, de le comparer à la concurrence qui, sur plusieurs points, en offre davantage. Aurait-il pu aller plus loin pour sortir de la mêlée? Dans le contexte actuel, j’aurai aimé que Toyota propose un C-HR à motorisation hybride, à laquelle l’Europe a droit) ou, comme la Prius Prime, hybride-électrique (rechargeable).

Fiche technique du Toyota CH-R 2018

  • Prix de base  26 450 $
  • Prix du modèle essayé : 28 590 $
  • Entraînement : Traction
  • Moteur : 4 cyl., DACT, 2,0 L, 144 chevaux, 139 lb-pi de couple à 3 800 tr/min
  • Boîte : à variation continue (CVT)