Suzuki SX4 2005: dans une classe vraiment à part

ESSAIS ROUTIERS par Gilles Olivier, janvier 29, 2007

Essai routier en collaboration avec Henri Michaud

Suzuki est un petit constructeur reconnu mondialement, pour l’excellence de ses produits dits compacts et économiques. Toutefois ses alliances avec les constructeurs General-Motors et Fiat lui permettent de sortir de ses créneaux traditionnels et de mieux élargir la gamme de ses différents produits. Ainsi, le nouveau Suzuki SX4 est le fruit d’une collaboration étroite avec le Groupe Italien Fiat, qui lui aussi dispose en sol Européen d’un clone du SX4, appelé Seidici.

Dévoilé en grande première au Salon de Genève 2005 en tant que remplaçant du modèle Aerio hatchback.. Il nous aura fallu attendre près d’un an pour le voir apparaître dans les salles de montre des concessionnaires en Amérique du Nord. À noter que ce nouveau venu est assemblé autour de la plate-forme allongée de la Suzuki Swift, version nippone et européenne, qui n’a rien à voir avec notre modèle Swift+ en provenance du Groupe GM/Daewoo Auto & Technology Co.

Bien que considéré véhicule de catégorie sous-compacte, le SX4 dispose d’un cahier des charges qui se rapproche bien plus de celui d’un véhicule de catégorie compacte. D’une part par ses dimensions, notamment aux chapitres de sa largeur et de son empattement. D’autre part par sa généreuse liste d’équipements offerts de série, dont bon nombre d’éléments de sécurité. Et finalement par l’apport de la traction intégrale offerte sur certaines versions. De ce fait, il est indéniable que ce véhicule est fin seul sur sa galaxie, du moins pour le moment…

Esthétiquement, il est l’œuvre du célèbre carrossier Italien Ital Design qui cette fois a pu mettre sa griffe sur un véhicule à vocation populiste, lui qui est un habitué dans la conception de carrosseries de voitures de prestige. Le SX4 présente une silhouette fort originale, voire très agressive pour un véhicule de cette catégorie. Il s’agit dans les faits d’un trait d’union entre la berline dite classique et un véhicule récréatif compact, que l’on peut désormais considérer comme un véhicule multisegment compact.

« Il s’agit dans les faits d’un trait d’union entre la berline dite classique et un véhicule récréatif compact, que l’on peut désormais considérer comme un véhicule multisegment compact. »

Même dans sa livrée de base, le SX4 bénéficie de nombreux éléments de sécurité. Du côté des éléments de sécurité actifs, nous retrouvons des freins ABS avec répartiteur de la puissance de freinage offerts de série sur tous les modèles. Au chapitre des éléments de sécurité passifs, tous reçoivent de série, des coussins gonflables frontaux et latéraux, sans oublier l’apport de rideaux latéraux. A ne pas oublier que les versions JX et JLX sont offertes avec la traction intégrale i-AWD.

Le Suzuki SX4 n’est offert pour le moment qu’en version quatre portes avec hayon. Une version berline à quatre portières et malle arrière classique viendra s’y ajouter quelque part en 2007. Trois versions y sont offertes. Tout d’abord, nous retrouvons le modèle de base à traction avant, déjà fort généreux. Il est suivi des versions JX offertes en mode traction avant et traction intégrale, sans oublier la version JLX à traction intégrale. Les prix de détail suggérés varient entre 15 995$ (Base), 18 195$ (JX) et 21 495$ (JLX).

Une stabilité qui fait toute la différence, traction intégrale ou pas…

Le moteur utilisé est un quatre cylindres de 2.0 litres à double arbres à cames en tête/16 soupapes, à injection multipoint qui développe 143 cv à 5 800 tm et 136 lb-pi de couple à 3 500 tm. Il aurait été plus intéressant que ce dernier bénéficie de la technologie du calage variable des soupapes, ce qui aurait pu améliorer sa consommation d’essence. Il est souple et silencieux, mais peu discret lorsque sollicité.

La boîte automatique à quatre rapports n’est pas un exemple de grande souplesse, mais sa grande efficacité ne peut être prise en défaut. La boîte manuelle à cinq vitesses est évidemment mieux adaptée à ce type de motorisation.

Le rapport poids/puissance de ce dernier est un peu juste, mais il saura tout de même combler efficacement, les besoins journaliers de la plupart d’entre nous. Il va de soi que les accélérations et reprises seront plus intéressantes avec la boîte manuelle…

L’économie d’essence moyenne enregistrée ville/route (110 km/h) est de 10 L/100 km (28 mi/gal), ce qui est équivalent à celle offerte par la plupart des voitures compactes. Notre trajet Québec/Détroit de 2 522 km, s’est conclu avec un débit de 9 L/100 km (31 mi/gal). Nous étions deux passagers et avons roulés à une vitesse de 115 km/h.

Côté insonorisation, ce véhicule est certainement le plus silencieux des véhicules de catégorie sous-compacte que je connaisse, voire mieux insonorisée que bien des véhicules de catégorie compacte, plus onéreux…

Bien que la direction à crémaillère ne dispose pas de l’assistance variable, le SX4 se conduit avec grande aisance en circulation urbaine ainsi qu’au niveau des manœuvres de stationnement. De plus, elle sait se faire très précise sur la route. Ce bel équilibre, vous le retrouverez sur toutes les versions, peu importe qu’elles soient à traction avant ou à traction intégrale.

La suspension indépendante à l’avant à jambes de force MacPherson et semi-indépendante à l’arrière à poutre de torsion, favorise une portée plutôt ferme, mais agréablement amortie afin de ne pas trop nuire au confort des passagers. De son côté, la tenue de route est très saine, voire très homogène et des plus sécuritaires, pour un véhicule de cette taille et surtout de cette hauteur.

Dans cette version JLX, nous profitions de freins à disques ventilés et pleins, avec systèmes de freinage antiblocant (ABS) et de répartition de la puissance de freinage (DEP). Inutile de vous dire que ce véhicule freine avec grande puissance, promptement et toujours en ligne droite.

Notre véhicule d’essai disposait de pneus d’hiver de dimensions P205/60R16 qui présentaient un roulis ferme et relativement silencieux. Bien que nous ayons roulés uniquement sur le bitume, il appert que ces derniers offriraient une excellente adhérence sur chaussées enneigées ou glacées.

Un habitacle aussi généreux que celui d’une compacte

L’accessibilité est grandement facilitée, notamment par une large ouverture des portières, et ce à l’avant comme à l’arrière. La position de conduite, toute en hauteur est fort agréable, y compris sur de longs trajets. La finition est très bien, grâce entre autres à l’utilisation de matériaux de bonne qualité, bien que peu fournie au niveau des portières. L’habitacle à aire ouverte et tout en hauteur, nous permet de profiter de grands espaces qui se veulent des plus accueillants et surtout des plus généreux.

Les sièges baquets,
non ajustables en hauteur, nous octroient une assise haute, ferme et semi-enveloppante. Ils sont tout de même confortables. La banquette rabattable en sections 60/40 autorise une assise moins confortable, surtout sur longs parcours. Son habitabilité est celle d’un véhicule qui peut recevoir sans ambages quatre adultes, même de forte taille. Ses espaces de rangement font piètre figure, par contre ses espaces de chargement, plus généreux, varient de 232 à 625 litres.

Le design et surtout la conception de la planche de bord ont pour mission de lui octroyer une efficacité et une ergonomie qui font référence dans le milieu des véhicules de catégorie sous-compacte. L’instrumentation analogique et digitale offre une lisibilité sans reflets. Les différentes commandes entourent le conducteur afin d’en faciliter leur accessibilité. La visibilité est très bien et ce sous tous les angles. De leur côté, les phares éclairent avec grande puissance, avec ou sans l’utilisation des antibrouillards…

RESULTATS DE L’ESSAICONSOMMATION MOYENNE (110 km/hre): 10 li/100 km ou 28 mi/gallonCONSOMMATION ROUTE (115 km/hre) : 9 li/100 KM ou 31 mi/gallonESSENCE RECOMMANDEE: Ordinaire sans plomb