Suzuki Kizashi 2013 – Un secret bien gardé

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, January 8, 2013

APPRECIATION DE: Suzuki - Kizashi 2013

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

Motoriste dont la réputation n’est plus à faire, Suzuki est capable de concevoir des engins performants et fiables. Il suffit d’ailleurs de jeter un œil à leurs motos pour s’en rendre compte. Toutefois, on oublie trop souvent qu’ils fabriquent aussi des voitures et pas les moindres.

Conducteur recherché

Vous vous souvenez de cette comédie romantique (n’importe laquelle en fait) que votre copine vous a fait regarder, et où le personnage principal cherche désespérément l’amour aux quatre coins de la ville pour finalement se rendre compte qu’il était tout juste sous ses yeux depuis le début? C’est un peu le triste sort de la Kizashi, qui attend qu’on la remarque. Pourtant, elle est drôlement jolie. Ses flancs musclés, ses passages de roues en saillie et son coffre arrière aux courbes qui rappellent certaines des plus belles créations d’Infiniti jouent de concert afin que l’on pose ses yeux sur elle. Sa partie avant n’est pas mal non plus et l’ensemble a un petit air européen ne serait-ce que par son allure mi-chic, mi-sportive proposée dans un format compact et trapu.

La Suzuki Kizashi 2013 est offerte en trois niveaux d’équipement, mais tous avec la même configuration mécanique. Le moteur, un 4 cylindres de 2,4 L, fait une belle démonstration du savoir-faire de Suzuki et développe 180 chevaux, presque autant de couple et propose un compromis frôlant la perfection entre performances et consommation d’essence. D’ailleurs, les prestations du moteur sont transmises au bitume par le biais d’un rouage intégral qui permet d’envoyer jusqu’à 40% de la puissance à l’essieu arrière. Performant, ce système peut également être mis en veille manuellement afin de faire appel qu’aux roues avant pour diminuer la consommation davantage. La présentation mécanique ne serait pas complète sans un mot sur la transmission continuellement variable qui n’a d’autre défaut que celui d’avoir le monopole. En effet, son rendement est à l’abri de tout reproche et c’est une bonne chose que Suzuki ait retenu ses services plutôt que ceux d’une boite automatique traditionnelle. Toutefois, on comprend mal que Suzuki, qui a grand besoin d’augmenter sa part de marché, ferme la porte à une clientèle non négligeable qui demande qu’une chose afin de considérer l’achat d’une berline sport : qu’elle soit offerte avec une boite mécanique. Je serais sans doute moi-même le premier à me porter acquéreur d’une Kizashi iAWD Sport à transmission manuelle. Espérons que le message sera entendu!

S’éloigner de ses racines

Suzuki  a déjà connu son heure de (petite) gloire dans l’automobile au temps des premières Swift, dont l’étonnante GTI qui a donné des leçons d’humilité à plusieurs conducteurs de voitures sport plus coûteuses en les laissant dans son sillage. À l’époque, Suzuki faisait dans le bon marché et une vingtaine d’années plus tard il semble que le public ne soit pas encore prêt à débourser près de 30 000$ pour un de ses produits. Pourtant, Kia a relevé ce défi en deux fois moins de temps. Qu’importe, qui daignera mettre la Kizashi sur sa liste de magasinage risque fort de l’adopter et d’en tirer pleine satisfaction.

Un habitacle soigné

La Suzuki Kizashi 2013 propose un habitacle à la finition soignée, avec un équipement complet et même des sièges garnis de cuir dans deux des trois versions. Les commandes sont intuitives et on remercie Suzuki de ne pas prendre ses consommateurs pour des enfants comme le font trop souvent d’autres constructeurs. Ainsi, il est possible d’accéder en roulant à toutes les commandes de la navigation et de la téléphonie. Aussi, lorsque l’on maintient enfoncée la touche du contrôle de stabilité, il se désengage pour de bon et ne revient pas à l’assaut à une certaine vitesse au beau milieu d’un dérapage contrôlé, ce qui risquerait davantage de causer une sortie de route que d’en éviter une. À ce chapitre, plusieurs marques de renom, dont Lexus pour ne nommer que celle-là, devraient prendre exemple sur Suzuki.

La Suzuki Kizashi 2013 est définitivement dans une classe à part. Son format la place juste au dessus des compactes, mais elle est bien plus svelte qu’une intermédiaire. Son prix est agencé à son niveau de raffinement, mais pas à la perception qu’ont la plupart des consommateurs face aux produits de la marque. Si vous cherchez une berline élégante, performante, à la tenue de route inspirante et que vous n’êtes pas un irréductible des transmissions manuelles, prenez rendez-vous avec la Kizashi.

Fiche technique : Suzuki Kizashi 2013

  • Prix de base 27 995 $
  • Prix du modèle essayé 32 995 $
  • Entraînement : intégrale
  • Moteur : 4L, DACT, 2.4 L, 180 chevaux, 170 lb-pi de couple
  • Boîte : CVT