Subaru Forester 2.0 XT 2014 – Un utilitaire complet?

ESSAIS ROUTIERS par Jean-Pierre Bouchard, May 28, 2014

APPRECIATION DE: Subaru - Forester 2 0 xt 2014

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

photo_bouchard_2012_1Depuis son lancement en 1997, le Subaru Forester n’a cessé de gagner en popularité. En 2013, le constructeur japonais en a dévoilé une quatrième génération qu’il a millésimée 2014. Pour l’année modèle 2015, déjà dans les salles d’exposition des concessionnaires de la marque, il n’a fait que le reconduire. 

Subaru commercialise son Forester en modèles 2.5i et 2.0 XT. Le premier reçoit un moteur de 2,5 L conventionnel, alors que le second profite d’un moteur de 2,0 L turbocompressé. Contrairement à la concurrence, seul le rouage intégral est au programme. Chaque modèle se décline en différentes livrées. J’ai conduit les deux extrêmes : une version d’entrée de gamme avec boîte manuelle à six rapports, et une version XT Limited avec ensemble Technologie. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est le jour et la nuit, mais j’ai eu le sentiment de conduire deux véhicules différents. Les prix varient entre 27 760 $ et 39 660 $. 

Façonnage robuste 

071_2014foresterxt Au chapitre de l’habillage extérieur les concepteurs de Subaru ont préféré la continuité à la création, puisque le Forester reconduit la personnalité visuelle de l’ancien. Prudentes, les modifications apportées ont néanmoins contribué à lui donner un air un peu plus robuste, en particulier lorsqu’il roule, comme c’est le cas des versions Limited, de jantes en alliage d’aluminium de 18 po, au fini noir dans les XT.

076_2014foresterxt L’utilisation d’une nouvelle architecture lui a cependant permis de profiter de quelques centimètres additionnels en empattement, en longueur et en largeur. Il fait également partie de ceux dont la garde au sol est la plus haute, y compris le nouveau Jeep Cherokee, ce qui l’autorise à aller un peu plus loin dans la nature que d’autres. Les versions dotées d’une transmission à variation continue reçoivent une caractéristique nommée Mode X qui, comme l’écrit Subaru, « agit sur le moteur, la transmission, la traction intégrale, les freins et autres composantes critiques pour vous aider à parcourir en toute sécurité les routes les plus accidentées. »

Pour peu que l’on connaisse la conduite hors route, le mot clé est constance. Et c’est que permet d’obtenir le Mode X. En faisant équipe avec le rouage intégral et le système de contrôle dynamique du véhicule, il facilite la conduite dans de mauvaises conditions, par exemple sur une chaussée glissante. Il permet de maintenir une vitesse constante du Forester en descente en activant les freins pour ajuster la vitesse ou en appliquant le couple de façon plus régulière en montée. Il opère jusqu’à une vitesse de 40 km/h. 

Approche techno

À compter de 2014, le Subaru Forester a emprunté la voie de la modernité en implantant la technologie Eye Sight dans certaines versions. Tels les yeux du sympathique robot Wall-e, ou des jumelles pour regarder au loin, c’est selon,  deux caméras ont été fixées de chaque côté du rétroviseur intérieur, pour balayer la route et y détecter entre autres toute trace de déviation de la trajectoire et de louvoiement. Le conducteur peut également régler le régulateur de vitesse adaptatif pour maintenir une distance appropriée avec le véhicule qui roule devant lui et réagir lorsque ce dernier ralentit en adaptant la vitesse. Bien que ces technologies existent dans d’autres véhicules depuis plusieurs années, elles ne sont pas légion chez la concurrence des petits utilitaires. 

Aire de vie 

Malgré une garde au sol plus élevée que la moyenne, les entrées et les sorties ne posent aucune difficulté pour le conducteur et les passagers. Le conducteur trouve facilement une excellente position de conduite, notamment grâce à une plus grande amplitude du réglage de la hauteur et à une plus longue course du siège qui améliore le dégagement pour les jambes des personnes de plus grande taille. Pour les personnes de plus grande taille, c’est un véritable cadeau. Le passager avant profite lui aussi d’un bon confort. La version Limited reçoit des sièges en cuir qui assurent un soutien supérieur en comparaison des sièges en tissus. J’ai noté toutefois que le soutien latéral était un peu timide, surtout pour une version qui se veut plus performante. 

Comme Subaru navigue dans les eaux d’un esthétisme conservateur, la forme rectangulaire du Forester donne lieu à une importante surface vitrée, ce qui favorise la visibilité dans toutes les directions. C’est un avantage indéniable, surtout au moment de le stationner. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre le volant d’un Hyundai Tucson, par exemple. Pour l’année modèle 2015, le constructeur japonais a installé de série la caméra de recul dans la version d’entrée de gamme. À ce titre, il rejoint le Honda CR-V. 

L’habitacle du Forester perpétue la tradition de son prédécesseur en ce qui a trait à la sobriété de la présentation. Le conducteur pose les yeux sur une instrumentation clairement affichée, et les mains sur des commandes faciles d’accès et d’utilisation. Pour régler la climatisation, il suffit d’utiliser les trois commandes rotatives montées sur la console. C’est simple et efficace. La plupart des matériaux utilisés sont souples et texturés. Et ils étaient bien assemblés. Par contre, certains plastiques font encore bon marché. 

À l’arrière, les passagers prennent place facilement et confortablement sur la banquette, y compris les plus grands. Par ailleurs, l’espace de chargement est généreux. Lorsque la banquette est relevée, le volume est de 892 L pour les versions qui, comme le 2.0XT est coiffée d’un toit ouvrant, et de 1 940 L une fois la banquette rabattue. À titre de comparaison, le volume utilitaire est respectivement de 1 054 et de 2 007 litres dans le Honda CR-V, ainsi que de 740 L et 1 547 L dans un Kia Sportage. 

Tortue ou lapin ? 

Comme je l’ai mentionné, Subaru offre le choix entre deux moteurs, toujours en configuration BOXER : conventionnel et turbocompressé. Entre les deux, la différence de puissance est significative : 170 contre 250 chevaux. Ce moteur concurrence ainsi le moteur turbocompressé du Kia Sportage SX, qui en produit 260. Les améliorations qui ont été apportées au moteur conventionnel en font un choix tout à fait satisfaisant. Mais très honnêtement, il vaut mieux préférer la boîte à variation continue à la boîte manuelle. 

Le moteur turbo qui équipe le modèle XT propose cependant une expérience de conduite beaucoup plus intéressante en démontrant plus d’ardeur en raison de son couple élevé (258 lb-pi) produit dans une plage de régime allant de 2 000 à 4 800 tr/min. De plus, il consomme raisonnablement : au terme de mon essai, j’ai mesuré une consommation moyenne de 8,8 l/100 km, soit à peine plus que le moteur de 2,5 l. 

La boîte automatique à variation continue qui l’accompagne fonctionne efficacement, en douceur et avec une belle discrétion. Pour tirer pleinement profit du moteur turbo, Subaru recommande de l’alimenter en super carburant. Par ailleurs, la capacité maximale de remorquage est de 680 kg (1 500 lb). 

Sur la route, le Subaru Forester offre généralement un bon confort de roulement. L’amélioration de la rigidité du châssis a permis d’améliorer la dynamique de conduite, bien que la précédente génération l’emportait sur le plan de la douceur. Le Forester est néanmoins agréable à conduire et inspire confiance. L’utilisation d’un moteur de type BOXER, c’est-à-dire dont les paires de cylindres sont opposées à plat plutôt qu’en V, compense pour la garde au sol élevé en diminuant le centre de gravité du véhicule pour le rendre plus stable en virage. 

La version suralimentée par le turbo l’emporte cependant pour ce qui est de l’agrément de conduite. Elle profite du SI-Drive, une caractéristique qui offre au conducteur trois modes de conduite : normal, sport et sport aiguisé. Lorsqu’il est sélectionné, ce dernier mode modifie le rapport d’engrenage de transmission pour le faire passer d’un rapport variable à huit rapports. Ainsi, il empêche des passages inutiles d’un rapport à l’autre lors d’une montée ou d’un virage, par exemple, pour éviter les pertes de puissance. 

Devant une concurrence féroce, le Forester n’entend pas plier l’échine. Les nombreuses améliorations apportées pour l’année modèle 2014 en font toujours une valeur sûre. Mon coup de cœur : la version 2.0 XT.

Fiche technique du Subaru Forester 2.0XT  2014

  • Prix de base : 35 260 $ (Tourisme)
  • Prix du modèle essayé : 39 660 $ (Limited – Ensemble Technologie_
  • Entraînement : rouage intégral
  • Moteur : 4 cyl., BOXER (à plat), 2,0 L turbocompressé, 250 chevaux, 258 lb-pi de couple
  • Boîte : À variation continue

 

L’essentiel

 

Subaru Forester 2014
Échelle de prix De 27 645 $ à 39 645 $
Prix des véhicules essayés 27 645 $ (base, manuelle);  39 645 $ (2.0 XT Limited avec option Eye Sight)
Moteurs 4 cylindres opposés à plat de 2,5 l atmosphérique (170 chevaux) ou de 2,0 l turbo (250 chevaux)
Boîtes de vitesses Manuelle à 6 rapports ou à variation continue (CVT)
Consommation de carburant (l/100 km) – selon le constructeur 8,9 (ville) 7,2 (route) (moteur turbo, boite à variation continue)
Consommation mesurée durant l’essai (1/100 km) 8,8 (modèle 2.0 XT)
Concurrence principale Chevrolet Equinox (GMC Terrain), Hyundai Tucson, Honda CRV, Kia Sportage, Mazda CX-5, Mitsubishi Outlander, Nissan Rogue, Toyota RAV4, Volkswagen Tiguan