Smart Fortwo 2006 – Soixante heures de «Smart»itude !

ESSAIS ROUTIERS par Henri Michaud, October 19, 2005

Se balader toute une fin de semaine à Québec et par un temps superbe en plus, rien de mieux pour rencontrer des gens et admirer et les navires de croisière dans le Vieux port. Quant, en plus, vous êtes au volant d’une Smart cabriolet, alors vous devenez vous-même une attraction. C’est l’expérience que j’ai vécue l’autre jour. J’ai dû entendre le mot ‘Smart’ des dizaines de fois et dans toutes les langues. J’ai aussi renconté une autre Smart. Son conducteur l’avait louée pour le weekend et était impatient d’en acheter une une.

Une ligne et un design accrocheurs

Longue de 2,5 mètres à peine, elle donne l’impression d’être un jouet pour grandes personnes. Son moteur est un 3 cylindres en lignes turbodiésel avec injection directe et rampe commune qui développe 40 cv à 4 200 tm avec un couple de 74 lb-pi à 2 000 tm. La Smart est dotée d’une transmission séquentielle à 6 vitesses qui peut fonctionner en mode automatique ou semi manuel. La Smart est offerte en trois versions : pulse, pure et passion. Si on ouvre le coffre, on est certain de ne pouvoir caser les quelques sacs d’épicerie qu’on a entre les mains. C’est là que le miracle se produit. Une dizaine de sacs en plastique ont été placés dans ce coffre sans trop de problèmes. On peut les placer par l’ouverture du coffre ou en rabaissant les sièges. La capacité du coffre va de 140 l à 260 l si on charge jusqu’au toit. La voiture est dotée de panneaux en polycarbonate interchangeables de différentes couleurs. L’ouverture du toit se fait tout simplement à l’aide d’un bouton et on peut ensuite enlever les longerons au-dessus des portes et les ranger dans un espace spécial dans le coffre. Pour prendre place à l’intérieur, rien de plus simple car l’ouverture des portes est très large. Deux sièges baquets assez fermes et enveloppants acceuillent les occupants. Le dégagement aux jambes et à la tête est plus que suffisant. La finition intérieure avec des matériaux de qualité est impeccable. Le design du tableau de bord, surprenant au premier regard, est moderne. L’instrumentation est facile à lire et les différentes composantes sont à portée de doigt. Il y a quelques espaces de rangement et celui que je préfère est situé sous le siège du conducteur et est verrouillable.

Une petite débrouillarde dans la circulation…

Le démarrage est instantané et on ressent seulement quelques odeurs de diésel dû principalement au toit rabaissé. Avec le toit remonté, on ne sent rien. Même si les accélérations ne font pas dignes d’un circuit de course, elles sont amplement suffisantes en ville et sur sur route. L’insonorisation est digne d’une berline de luxe et les bruits de vent ne se font sentir qu’à haute vitesse. On a vraiment l’impression d’être dans une voiture de gabarit supérieur, même si l’arrière ne se trouve qu’à quelques centimètres derrière les sièges. La direction non assistée à crémaillère et amortisseurs est précise et permet une circulation urbaine aisée et une tenue de route excellente à vitesse normale sur les routes. De plus, le système de stabilité latérale (esp) contribue à une meilleure tenue de route. Enfin, le système ABS, le répartiteur de puissance de freinage (EBD) et le contrôle de freinage (CBC) font de cette petite voiture un modèle de sécurité auquels il faut ajouter les coussins gonflables normaux et latéraux. Les pneus de dimension 145/65 R 15 à l’avant et 175/55 R 15 à l’arrière, montés sur jantes en alliage, aident à une tenue de route surprenante. La suspension ferme est cependant très acceptable si on tient compte de l’état de nos rues et routes. La vue de trois quart arrière est faible, à cause principalement des montants du cabriolet. Au niveau de la conduite, j’ai préféré le mode semi-automatique qui me laisse le choix de changer les vitesses sans pédale d’embrayage. Une simple pression sur un bouton situé sur le levier de vitesse permet de passer d’un mode à l’autre. Le mode automatique est aussi valable, mais le changement des premières vitesses est un peu saccadé et dérange. Si on oublie de changer les vitesses manuellement, le système se charge de le faire lui-même, un atout en cas de freinage rapide. La consommation de cette petite merveille va avec sa grosseur. Avec plus de 200 km dont plus de 80% en ville et dans la circulation dense, la Smart a totalisé un beau 4,7 li/100km, ce qui est excellent. En terminant, la Smart est une excellente petite voiture de ville qui se débrouille très bien sur la route. Elle est certainement une bonne alternative face au prix de l’essence, à la circulation accrue dans nos villes et aux places de stationnement de plus en plus rares. Son comportement en hiver a déjà fait l’objet d’un essai sur ce site. Son prix, de 16 000 à 22 000 $ est justifié par ses atouts et son confort. Il reste maintenant à espérer que la Smart forfour fera bientôt son entrée sur la scène canadienne. On ne nous a pas donné de date précise encore. Je voudrais remercier monsieur Denis Lefrançois de Chatel Automobiles pour son aimable collaboration.