Salon de l’auto de Montréal – Le Québec est le premier à accueillir la Toyota Mirai à l’hydrogène

par Sylvie Rainville, février 15, 2018

À l’occasion de la journée des médias précédant l’ouverture du Salon de l’auto de Montréal 2018 au public, Toyota avait réuni des invités de marque pour annoncer que le temps était maintenant venu de lancer la Toyota Mirai 2018 sur les routes du Québec. Il s’agit d’une voiture électrique à pile à combustible alimentée à l’hydrogène. Le véhicule sera mis en vente au Canada cette année, à commencer par le Québec.

Pierre Moreau, Ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, et Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, deux partenaires stratégiques dans la réalisation de ce projet, se joignaient à Toyota durant la conférence de presse.

Une cinquantaine de Mirai sur les routes du Québec

09-toyota-mirai-2018 Le constructeur japonais livrera une cinquantaine de Mirai sur le marché québécois cette année. M. Moreau a promis la mise en place de deux stations de ravitaillement d’ici l’automne, une à Québec et l’autre à Montréal. Par ailleurs, comme l’hydrogène est produite à partir d’hydroélectricité et que l’eau et l’électricité sont deux richesses de notre province, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles croit que le Québec est avantageusement positionné pour devenir un leader mondial en matière de transition énergétique.

Le ministre Moreau a aussi précisé que le gouvernement se porterait acquéreur de plusieurs Mirai pour sa flotte de véhicules légers. Toyota Canada collabore étroitement avec les ministères de l’Énergie, de l’Environnement et des Transports, pour veiller à la mise en place d’une infrastructure de ravitaillement suffisante dans la province.

2016_toyota_fuel_cell_vehicle_009 La ministre Isabelle Melançon, adhère à cette nouvelle technologie qui contribuera à atteindre les objectifs gouvernementaux en matière d’émissions polluantes et de permettre aux Québécois d’avoir accès à un vaste éventail de véhicules verts. « L’arrivée de la Mirai au Québec concorde parfaitement avec l’adoption en décembre dernier de la norme Véhicule zéro émission qui vise à augmenter substantiellement le nombre de voitures électriques sur les routes du Québec » affirmait la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Électricité, hydrogène, comment ça fonctionne?

La Mirai est équipée d’un moteur électrique, mais pour le faire fonctionner, il faut remplir le réservoir à hydrogène. Le remplissage prend environ 5 minutes, comme celui d’un réservoir à essence traditionnel. L’hydrogène se mélange à l’oxygène dans la pile à combustible, ce qui crée une réaction chimique, soit la production d’électricité et de l’eau. L’électricité alimente le moteur qui produit une puissance de 151 chevaux et un couple généreux de 247 lb-pi. L’eau est évacuée par le tuyau d’échappement.

Trois avantages importants pour les consommateurs canadiens

08-toyota-mirai-2018 Toyota fait valoir trois avantages de la Mirai qui devraient calmer les inquiétudes des consommateurs canadiens : l’autonomie de plus de 500 kilomètres avec un réservoir plein d’hydrogène, le remplissage en cinq minutes, une excellente résistance par temps froid.

Rappelons que le magazine Fortune a donné le 8e rang de sa liste Change the world (changer le monde) parmi 50 entreprises. Ce classement a été donné au constructeur pour ses innovations dans le développement de l’hydrogène, notamment sa stratégie et la mise en marché de la Mirai.

Un son de cloche différent de l’AVEQ

07-toyota-mirai-2018 L’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), le lendemain de l’annonce, a riposté par communiqué que le développement de voitures à l’hydrogène au Québec est un pas dans la mauvaise direction. De plus, il a fait appel au Premier Ministre, Monsieur Philippe Couillard, pour faire marche arrière et abandonner le projet de son ministre Pierre Moreau.

Selon l’AVEQ, ce projet ne fait aucun sens économiquement puisque les coûts de l’hydrogène sont beaucoup trop élevés comparativement au coût de l’essence et de l’électricité. Il en coûterait 17,50 $ CAN pour rouler 100 km avec une voiture à l’hydrogène comparativement à 13 $ CAN pour une voiture à essence et 1,25 $ CAN pour une voiture électrique à batterie.

Simon-Pierre Rioux, président de l`AVEQ a déclaré : « Il en coûterait 14 fois plus cher de parcourir 100 km avec un véhicule à l’hydrogène comparativement à un véhicule électrique. Le Québec ne doit pas investir des millions de dollars dans des stations de services à l’hydrogène pour un cinquante de voitures à l’hydrogène. C`est du gaspillage d’argent »

Aux États-Unis, la Toyota Mirai 2018 est vendue au prix de départ de 57 000 $ US et plusieurs incitatifs sont offerts, notamment le remplissage à l’hydrogène gratuit pendant trois ans par le constructeur et 5 000 $ de rabais à la location, la vignette permettant de rouler seul sur les voies réservées des autoroutes californiennes et un rabais gouvernemental important à l’achat ou à la location. Aucune information concernant des incitatifs offerts au Canada n’a été mentionnée durant la conférence.