Porsche Camp4 — La conduite hivernale n’aura jamais été aussi amusante

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, mars 2, 2015

Vous désirez améliorer votre conduite en hiver? Pourquoi ne pas vous payer la totale. Le Porsche Camp4 s’adresse à quiconque souhaite développer ses aptitudes en conduite hivernale au volant de produits de la marque. Il n’est pas nécessaire d’être propriétaire d’un véhicule Porsche, seulement d’être âgé d’au moins 21 ans, de détenir un permis de conduire valide et d’avoir un portefeuille bien garni.

porsche-camp4-2015-06 À 5 195 $ CAN plus taxes, ce n’est évidemment pas à la portée de tous, mais ceux qui feront l’expérience ne seront certainement pas déçus. À ce prix, les voitures sont fournies et on a également droit à deux jours de conduite sur le circuit de Mecaglisse, trois nuitées à l’Estéral Suites et Spa, ainsi que les repas.

À partir de l’arrivée à l’hôtel, vous êtes pris en charge par le Camp 4 qui fera également la navette entre le circuit et l’hôtel pendant les deux jours à suivre. Notez que des programmes plus avancés ( Camp4S et Camp4RS) sont également offerts à ceux qui auraient déjà le Camp4.

Février 2015, froid glacial, timides percées de soleil et une piste invitante où attend une belle brochette de Porsche scintillantes. Ces dernières, avec leur air enjoué tel un chiot qui sait qu’on s’apprête à lui lancer la balle, suffisent à nous réchauffer malgré la température extérieure.

Après une bonne nuit de sommeil…

normal-2 L’Estérel a beau être magnifique, ce sont les voitures qui nous intéressent ici. Après un cours théorique expliquant brillamment quelques notions de physique afin que l’on comprenne bien les mouvements de la voiture et l’influence que les transferts de poids ont sur l’adhérence, on se lance finalement vers les bagnoles.

Sur place, on retrouve des Cayman S, Carrera S et Carrera 4S. Il n’y a que ces dernières qui possèdent un rouage intégral, les autres sont des propulsions. Au travers de différents exercices, on apprend à contrôler les réactions de ces différents modèles et on se rend rapidement compte qu’avec la bonne technique et de bons pneus, toutes ces voitures sont capables de solides performances sur la glace. L’idée populaire voulant que l’on doive remiser une Porsche durant la saison froide ne tient pas la route, contrairement aux voitures en présence ici.

Du contrôle… et de la glisse

porsche-camp4-2015-05 D’abord, le Cayman S. Bien qu’il soit le modèle le plus abordable mis à notre disposition, il n’est pas en reste. Son moteur central lui confère un équilibre digne d’un funambule. Une première section de circuit nous permet de le confirmer. Son comportement est exemplaire et sécurisant. À la limite, l’arrière décroche et mieux vaut être prêt. En dehors d’un circuit, ne désactivez pas les aides à la conduite et vous n’aurez aucun problème.

Ensuite, un slalom en Carrera 4S. Sa motricité supérieure permet de la sortir du survirage tout en reprenant rapidement de la vitesse. On peut aisément la placer perpendiculairement à la trajectoire souhaitée et la ramener dans la bonne direction au moment voulu. Vraiment, elle valse avec grâce, de toute beauté.

Il ne faut pas non plus négliger la Carrera S, qui performe étonnamment bien malgré sa configuration « tout à l’arrière ». On nous apprend d’ailleurs à trouver ligne mince qui sépare le survirage et le tête-à-queue, en tournant en glisse continuelle sur un anneau. C’est bien la première fois où je tourne en rond avec autant de plaisir!

Porsche veut démontrer que ses véhicules peuvent affronter l’hiver sans problème et franchement, il est impossible d’en douter après être passé au Camp4. Considérant qu’une Porsche 911, Cayman ou même Boxster sont des véhicules utilisables à l’année, on répartit les coûts sur 12 mois plutôt que 6 et ça paraît soudainement un rêve plus accessible.

Pour le Camp4, ne manquez pas l’inscription pour l’hiver prochain. Tous les détails sur le site de Porsche Canada.