Pontiac Sunfire 2003 : elle ne peut trahir ses origines malgré son facial fort bien réussi!

ESSAIS ROUTIERS par Gilles Olivier, June 11, 2003

La Pontiac SUNFIRE s’est classée 4e au rang des meilleurs vendeurs en sol Canadien en 2002, et ce avec quelques 46 036 unités vendues. Pour l’année-modèles 2003, cette dernière se paie entre autres un nouveau facial qui la rend encore plus agressive, lui octroyant ainsi une silhouette plus sportive, et ce tout particulièrement au niveau du modèle coupé deux portes. Toutefois, l’apport le plus important que reçoit la SUNFIRE est sans contredit la présence de son moteur Ecotec , le seul offert cette année, qui lui permet d’offrir de meilleures performances, à moindres coûts énergétiques et surtout avec beaucoup plus de souplesse que par le passé. Bien que la 3e génération de la SUNFIRE se fait attendre, cette dernière devrait demeurer dans les sommets au niveau des ventes aux côtés de sa demi-sœur, la Chevrolet Cavalier. La gamme 2003 des Pontiac SUNFIRE se compose des berline et coupés SL , des berlines SLX et finalement du coupé GT.

Un intérieur d’un goût douteux et d’un confort très relatif…

L’accessibilité ne pose problèmes aux places avant, toutefois il en est tout autrement de l’accès aux places arrière, qui nécessitent de fortes courbatures, et ce tout particulièrement pour en sortir…La position de conduite est respectable, seulement sur de courtes randonnées. La finition est en progrès avec entre autres l’utilisation de matériaux de qualité largement améliorée, toutefois côté présentation, on peut dire qu’elle est d’un goût douteur, compte tenu de l’utilisation de sièges à motif peu orthodoxe. Le confort n’est définitivement pas son point fort, et ce tout particulièrement sur de longs trajets, que l’on soit assis à l’avant comme à l’arrière. Ainsi, les sièges et la banquette nous octroient une assise très ferme. L’habitabilité est celle d’un coupé quatre places, voire cinq à l’occasion sur de très courts trajets. A noter que les dégagements aux places arrière sont suffisants pour des gens de taille moyenne et vite étroits pour des gens de grande taille. Les espaces de rangement ne sont pas nombreux, fort peu généreux et surtout nullement pratiques. Même les porte-gobelet logés sous le panneau central, font piètre figure. La malle est assez grande, et d’une profondeur moyenne, mais dont l’accessibilité est largement limitée par un seuil haut et très étroit. Sa capacité de chargement est de 351 litres. Le tableau de bord est de conception toute Pontiac, d’un design quasi dépassé et dont l’ergonomie est loin d’être son point fort, bien que dans l’ensemble, la disposition des différentes commandes ne pose problème. L’instrumentation analogique, nous octroie une excellente lisibilité, le jour comme le soir. La visibilité est limitée de tous les angles. Les phares éclairent fort bien avec ou sans l’utilisation des phares antibrouillard.

Un nouveau moteur qui lui fait, le plus grand bien…

Le moteur que l’on retrouve sous le capot de la nouvelle SUNFIRE est toujours un quatre cylindres en ligne, Ecotec de 2.2 litres à double arbres à cames en tête-8 soupapes, à injection séquentielle et multipoint qui développe 140 cv à 5 600 tm et 150 lb-pi de couple à 4 000 tm. Tout un monde sépare la donne de ce moteur par rapport aux spécifications de son prédécesseur. Ainsi, ce nouveau venu est nettement plus doux et souple, voire même plus discret, lorsque sollicité. La transmission manuelle cinq vitesses constitue elle aussi une grande amélioration par rapport aux services offerts par sa devancière. Nous avons ainsi droit à une boîte beaucoup mieux synchronisée, ce qui nous permet entre autres de passer avec grande souplesse entre les différents rapports, en plus de bénéficier d’une conduite beaucoup plus agréable. L’insonorisation est de loin le point le plus décevant de cette voiture et ce tout particulièrement au niveau des ailes, qui laisse passer sans honte le roulis des pneumatiques qui sont loin d’être bien discrets… Les performances constituent le point le plus intéressant, engendré par la technologie Ecotec de GM. Nous pouvons ainsi profiter d’accélérations plus puissantes, mais surtout de reprises nettement plus vives., sans pour autant nuire à son économie d’essence, qui incidemment se situe à une moyenne ville-route (110 km/hre) de 10.0 li-100 km ou 28 mi-gal. La direction est assistée à crémaillère. Ce n’est plus un direction exagérément souple et imprécise comme auparavant, sans pour autant être très ferme, tout au contraire. Ainsi, en circulation urbaine, cette voiture se conduit avec grande agilité, alors que sur la route à moyennes et hautes vitesses, elle se fait beaucoup plus précise et sécuritaire que par le passé.. La suspension est indépendante à l’avant avec jambes de force MacPherson et ressorts hélicoïdaux. A l’arrière, elle est à essieu tubulaire auxiliaire avec ressorts hélicoïdaux concentriques à l’amortisseur. Elle n’est plus exagérément ferme, sans pour autant être d’une grande souplesse, ce qui constitue en somme un léger compromis entre une portée relativement ferme et une tenue de route plus saine et surtout plus sécuritaire. Les freins sont assistés à disques et tambours. Même sans système de freinage antiblocant, cette voiture nous octroie un freinage très puissant, ce qui constitue une autre grande amélioration au chapitre de la conduite de cette voiture, qui se veut désormais être un coupé ou une berline plus honnête. Lors d’arrêts d’urgence, ce coupé s’est montré très stable. Les pneumatiques toutes saisons de dimensions P195/70R14 se sont montrés très, pour ne pas dire assez fermes et surtout très bruyants, au passage sur certaines chaussées. Côté adhérence, ils sont irréprochables, y compris sur chaussée très mouillée, voire même sur la neige ou la glace, pour un premier hiver et en circulation urbaine. Toutefois, il va de soi que l’utilisation de pneus d’hiver et surtout dans notre région, demeure la solution la plus sécuritaire, pour vous, les vôtres et bien les autres automobilistes.