Le Frontier de Nissan 2005, un Titan amaigri

ESSAIS ROUTIERS par Guy Corriveau, July 6, 2005

Suite à une spectaculaire remontée financière, Nissan dispose des capacités pour se mesurer aux meilleurs. Les coffres sont garnis, la marge de profit est considérée comme étant la plus haute de l’industrie à 11% et les ingénieurs ont beaucoup d’idées. 2005 fut une année fort active pour Nissan, il a présenté sur le marché canadien le X-Trail, un nouveau Pathfinder, un nouveau X-Terra et un nouveau Frontier qui fera l’objet de notre analyse. Pour affronter la concurrence, Nissan devait donner un coup de barre pour repositionner sa camionnette Frontier. Lorsqu’un constructeur démontre de l’intérêt pour s’immiscer dans une catégorie particulière de véhicule, aussi bien y aller avec les mêmes caractéristiques que ses compétiteurs. Et c’est ce à quoi se sont acharnés les concepteurs du nouveau Frontier.

En augmentant son volume et sa puissance, le Frontier est passé d’une camionnette compacte à une camionnette intermédiaire rejoignant ainsi le Dakota de Dodge et le tout nouveau Tacoma de Toyota. Si le nom est connu, tout le reste est nouveau. Le chassis pour répondre aux exigences du transport de charges plus lourdes, au moteur, en passant par la carrosserie et l’habitacle. Tout a été transformé. Pour assurer des assises solides au Frontier, Nissan a décidé de lui faire partager le chassis à longerons à section rectangulaire continue F-Alpha à l’origine du Titan, en ramenant l’empattement à 125.9 pouces et en diminuant l’écartement entre les longerons. Apparence : Esthétiquement, cette troisième génération du Frontier démontre une apparence musclée et distinctive. Il arbore le nouvel air de famille Nissan avec cette calandre en V qui lui donne un air de robustesse. Ce nouveau venu dans le segment des camionnettes intermédiaires est livrable en version deux ou quatre roues motrices en plus d’offrir le choix entre une caisse de six pieds à cabine allongée ou la version cabine double à quatre portes avec une boîte de cinq pieds. La gamme s’établit comme suit : de base la version XE, SE, NISMO et LE . Disponible à un prix de base de 22 998$, le prix du Frontier pourra atteindre 38 000$ en version LE et Nismo 4X4, une facture somme toute assez corsée pour une camionnette intermédiaire.

Format agrandi par rapport à la version précédente veut dire habitacle redessiné. À l’intérieur, on constate encore une fois des airs de famille avec les autres modèles du même constructeur. En soi, ce n’est pas un défaut, puisque les nouveaux véhicules NISSAN jouissent d’un aménagement intérieur apprécié par les consommateurs. L’agencement du tout nouveau tableau de bord exige du conducteur une certaine période d’adaptation pour se familiariser avec la localisation des différents commutateurs. Par contre, les cadrans indicateurs se consultent aisément. La visibilité est bonne tout comme le confort des sièges recouverts de tissus à texture inusités sans toutefois être laid. La position de conduite est agréable et le support qu’offrent les dossiers des sièges est satisfaisant . Ni trop grand ni trop petit, le volant se prend bien en main et affiche une allure moderne avec ses rayons en aluminium brossé sur lequel on retrouve le contrôle du régulateur de vitesse(version Nismo). Les espaces de rangement sont nombreux, ce qui est toujours apprécié. D’ailleurs, la boîte à gants à deux niveaux en est un exemple. Le dossier du siège du passager est rabattable vers l’avant soit pour en faire une table de travail ou simplement pour augmenter le volume de chargement. Les sièges arrière s’inclinent de multiples façons tant dans le King Cab que le cabine double et cachent de pratiques coffrets amovibles. À oublier, l’usage des deux banquettes arrière de la version King Cab pour transporter des passagers. Ils peuvent cependant accommoder deux enfants.

Mécanique Deux moteurs sont offerts : un 4 cylindres de 2.5L à DACT délivrant 154 ch. et 173 lb.pi. de couple ou tout comme le Pathfinder, le Frontier dispose de la même version du moteur V6 dont la cylindrée atteint 4L. Ce denier fournit 265ch. et un couple élevé de 284 lb.pi., un gain de 85 chevaux par rapport au V6 du modèle précédent. Toute cette puissance permet une capacité de remorquage de 6500 livres, alors que dans la version 4 cylindres la limite est de 3500 livres . Les boîtes de vitesses manuelles ont 5 rapports sur le moteur à quatre cylindres et 6 rapports sur le V6, alors que la seule boîte automatique offerte comporte cinq rapports. 4 X 2 ou 4 X4 L’acheteur a le choix entre la propulsion ou la motricité aux quatre roues sur commande. Le système à quatre roues motrices est à temps partiel. Un bouton au tableau de bord permet de sélectionner les modes 2WD, 4HI et 4LO.

INNOVATION Les concepteurs de chez NISSAN innovent en munissant le Frontier d’une caisse utilitaire pourvue d’un revêtement pulvérisé en usine à même la tôle, éliminant l’achat d’une enveloppe de plastique connue sous le nom de «bedliner».Un système de rail avec l’ajout de différents supports est aussi disponible maximisant la polyvalence de chargement. COMPORTEMENT : La combinaison d’une suspension indépendante à l’avant et à essieu rigide à l’arrière affecte son comportement routier. Cette configuration favorise le sautillement de l’arrière dans les courbes sur pavé dégradé même si l’on remarque une certaine amélioration comparativement à certains modèles de marques concurrentes. Doté d’une direction à crémaillère sensible au régime du moteur, celle-ci procure au conducteur une bonne sensation de la route et un contrôle plus précis. Côté insonorisation, étant moins évoluée que celle du Pathfinder,le moteur est plus bruyant en accélération. Freins : À noter que le Frontier est doté de freins à disques aux quatre roues, ce qui est unique pour une camionnette de cette catégorie et que l’ABS est toujours offert de série.

Essai hors route Une brève excursion hors des sentiers battus aux commandes de la version NISMO nous a permis de constater ses capacités de véhicule hors route. On peut le qualifier de capable d’en prendre La version NISMO dite « OFF ROAD » bénéficie d’amotisseurs Bilstein, d’un différentiel arrière verrouillable, du contrôle de l’adhérence en descente et de l’assistance au démarrage en côte de même que des plaques de protection supplémentaires sous le véhicule. De plus, des roues en alliage d’aluminium de 16po.reçoivent des pneus à lettrage blanc en relief RUGGED TRAIL de B F GOODRICH de dimensions P265/75/R16. Conclusion : En créant de A à Z un tout nouveau Frontier, Nissan a réussi à conserver l’avantage d’un nom bien connu dont la notoriété est reconnue
d’une camionnette robuste. Le Frontier surprend par sa puissance (V6), la qualité de son assemblage, la rigidité de son chassis et sa capacité de chargement et de remorquage. Il freinera cependant l’ardeur de la clientèle par un prix corsé dans les versions bien nanties en équipement.