Nascar en 1999, les grandes surprises

SPORT AUTO par Sylvie Rainville, avril 4, 2001

Coupe Winston

La saison 1999 de NASCAR fut, avouons-le, moins ennuyante que celle de 1998. Tout au moins, on y a vécu plusieurs revirements. D'abord, on avait cru que Jeff Gordon allait se "pousser" encore une fois avec le championnat. Mais lentement, le vent tourna. Gordon avait gagné le Daytona 500 mais, dès la deuxième course, à Rockingham, ce fut l'affaire de Mark Martin. À la troisième course, ce fut au tour du coéquipier de Martin, Jeff Burton, de rafler l'épreuve de Las Vegas devant son… frère Ward. Ce sera la première de trois situations semblables pour les deux frères. Gordon allait rappliquer en gagnant la course d'Atlanta et Burton prit celle de Darlington. Là, Gordon allait finir troisième. Puis au Texas World Speedway, Terry Labonte allait gagner devant ses compatriotes, sa seule victoire de la saison. Surprise, ce fut Rusty Wallace qui gagna la première course de Bristol alors que John Andretti se payait celle de la petite piste de Martinsville. Talladega fut une course "hot" et le vétéran Dale Earnhardt démontra qu'il n'avait pas perdu sa touche. Il passa le fil d'arrivée le premier. Mais Gordon, champion de tous les types de pistes, allait prendre sa revanche à la piste ovale de Fontana en Californie. C'est à Richmond que Dale Jarrett allait signer sa première victoire. Contrairement à l'année précédente, ce vétéran voyait son équipe plus solide que l'année dernière. C'est à partir de ce moment que Jeff Gordon se sentit moins sûr de lui-même. Jeff Burton gagna la grande course de Charlotte et récolta ainsi un beau million de dollars (du concours No Bull 5). Puis, ce fut la première victoire de Bobby Labonte pour 1999 à Dover. Il s'avérera un coriace adversaire pour tout le monde. Jarrett récidiva au Michigan International Speedway et déjà on pressentait qu'il pouvait accéder au championnat. Mais il lui fallait compter sur Bobby Labonte qui allait gagner sa première course à Pocono. Jeff Gordon fit un beau retour au circuit routier de Sears Point en Californie et prouva encore une fois son talent de pilote de circuit. Mais de retour sur grand ovale, à Daytona, Dale Jarrett imposa sa Ford Taurus sous les projecteurs. À Loudon, Jeff Burton y allait d'une autre victoire mais, en sourdine, on chuchotait les premières rumeurs d'une des plus importantes nouvelles de l'année. Jeff Gordon et son chef d'écurie Ray Evernham connaissaient des heures difficiles. De retour à Pocono, c'est une autre victoire de Bobby Labonte sur Pontiac, mais encore une fois, sur un prestigieux circuit, celui d'Indianapolis, la Ford bleu, blanc et rouge de Jarrett traversa la ligne d'arrivée la première. On le voit déjà champion de la saison. Jeff Gordon récidive sur circuit routier à Watkins Glen et vante les mérites de son chef d'écurie, Ray. Mais on se doute que ça ne tourne pas rond dans le clan Hendricks. Encore de retour au Michigan, Bobby Labonte se paie une victoire facile, mais le samedi soir suivant, Dale Earnhardt gagne à Bristol avec une manœuvre qui ne plaira pas à tous les amateurs. Il pousse l'auto du meneur Terry Labonte (qui frappe le mur de protection) pour s'accaparer de la victoire. Il sera copieusement hué mais on oubliera… Jeff Burton se mérite encore une fois le quadrillé à Darlington (et un autre million No Bull 5) et devant son frère Ward (pour la deuxième fois). Grande surprise à Richmond., la recrue Tony Stewart gagne sa première épreuve en Coupe Winston et il le fait en dominant l'épreuve. À ce moment, c'est Dale Jarrett qui mène au championnat et il a une avance confortable. Mais à Loudon, Jarrett commet deux erreurs qui lui font perdre la course et de nombreux points. Réconfort pour les amateurs, cette course sera la première victoire du sympathique Joe Nemechek. Puis, Mark Martin gagne sa deuxième course de la saison à Dover et on apprend pourquoi le torchon brûle entre les "inséparables" Jeff Gordon et son chef d'écurie magique Ray Evernham. Ce dernier vient d'être recruté pour lancer les équipes Dodge que l'on verra en piste en 2001. (Un amateur me l'avait dit en juin à l'autodrome St-Eustache. J'avais pris la rumeur avec un grain de sel… mal m'en a pris!) Martinsville, c'est la première course de Jeff sans Ray. Mais son nouveau chef d'écurie Brian Whitesell le conduira déjà à la victoire. Et le nouveau duo répétera l'expérience à Charlotte. Par après, ce sera la descente aux enfers pour Gordon. Jarret, quant à lui, se tient tranquille. Il voit un premier championnat à l'horizon! Earnhardt se tape une deuxième victoire à Talladega devant… Jarrett. Le vieux renard est de retour en force en 1999! De retour à Rockingham, c'est une autre victoire de Jeff Burton sur Ford… encore une fois (la troisième de la saison) devant son frère Ward. Puis, ce sont deux victoires consécutives de la surprenante recrue de l'année, Tony Stewart sur Pontiac (il est le coéquipier de Bobby Labonte devant qui il gagnera "de force" à Homestead en Floride). Il avait gagné à Phoenix mais déjà, pour Jarrett, le championnat était presque assuré. Avec sa cinquième position à Homestead, ce premier championnat lui était désormais assuré. Et malgré un championnat déjà assuré, Dale s'est battu comme un lion à la dernière course d'Atlanta derrière le deuxième au championnat, Bobby Labonte. Les points saillants de 1999 1- Le championnat de Dale Jarrett 2- La victoire de Ford au Championnat des manufacturiers 3- Tony Stewart, recrue de l'année et vainqueur de plusieurs épreuves 4- Le départ de Ray Evernham de l'équipe de Jeff Gordon 5- La domination de Pontiac durant la deuxième portion de l'année 6- La victoire de Joe Nemechek 7- Le départ de Ernie Irvan 8- L'annonce du retour de Dodge en 2001 9- Le retour en force de Dale Earnhardt 10- Une saison plus excitante qu'en 1998

Busch Grand National

Moins suivie des Québécois, la série Busch Grand National revêt quand même une grande importance aux yeux de NASCAR. C'est, ni plus ni moins, la porte d'entrée pour la prestigieuse Coupe Winston. Sans trop élaborer sur la saison 1999 de Busch, précisons que pour la deuxième année consécutive, Dale Earnhardt Jr., le fils du légendaire "Homme en noir", s'est accaparé de tous les honneurs en remportant ce championnat. Mais il a dû se mesurer à un très coriace Matt Kenseth contre qui il se retrouvera en Coupe Winston pour la course au championnat de recrue en 2000. Mais Kenseth n'a terminé que troisième à ce championnat, David Green ayant récolté la deuxième position. Craftsman Super Truck Une autre série importante qui a dû passer au travers une controverse, la Craftsman Super Truck a vu les trois grandes marques se mesurer sur diverses pistes. Mais à la fin, ce fut le vétéran Jack Sprague qui sera couronné champion.
Presque jusqu'à la fin de la saison, le pilote de Jack Roush (sur Ford), Greg Biffle, mène outrageusement au championnat. Mais à quelques courses de la fin de saison, les officiels de NASCAR décident que le moteur de la Ford de Biffle a des tubulures d'admission inacceptables et on lui retire de précieux points. Curieusement, NASCAR acceptait ces mêmes tubulures dans le passé. Mais la sentence est immuable. Biffle terminera deuxième au championnat alors que Denis Setzer (Dodge) se mérita la troisième place.