Mitsubishi iMiev 2013 – La voie de l’avenir?

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, October 4, 2013

APPRECIATION DE: Mitsubishi - Imiev 2013

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

Tandis que le prix de l’essence augmente constamment, les consommateurs demandent pourtant des véhicules plus gros, plus hauts et plus performants. Bien que les multisegments et autres VUS aient la cote, une poignée d’individus préfère plutôt se véhiculer de manière verte. Ces derniers, demandant des véhicules électriques et indignés entre autres par le documentaire « Who kill the electric car? », ont depuis deux ans maintenant, la possibilité d’acquérir une Mitsubishi iMiev. Pourtant, on en voit toujours très peu sur nos routes… 

La Mitsubishi iMiev est, à la façon de la Nissan Leaf, entièrement électrique. Sa carrosserie à cinq portières n’est pas sans rappeler la Smart Fortwo, bien que la qualité de construction soit bien en deçà de ce que propose la petite Allemande. Qu’à cela ne tienne, la iMiev, elle, fait un pied de nez aux pétrolières. Toutefois, on ne fait pas le plein d’une pile aussi rapidement qu’on le fait avec un réservoir d’essence. La première façon, c’est en branchant le câble et le petit chargeur inclus avec la voiture à une prise conventionnelle de 120V. Simple, mais pas très rapide : 22 heures sont ainsi nécessaires pour recharger une pile à plat. Sinon, il est possible d’acquérir un chargeur fixe qui devra être raccordé professionnellement à votre réseau 240V. Ainsi, il est possible de faire le « plein » en 7 heures, mais comme ce chargeur est fixe (et dispendieux), vous le ferez sans doute installer dans votre garage et vous devrez vous en remettre au petit chargeur de 120V à chaque fois que vous serez à l’extérieur de la maison. Si vous avez des amis propriétaires de iMiev qui habite un peu trop loin de chez vous, il se pourrait qu’ils doivent passer la nuit chez vous lorsque vous les inviterez pour souper. Recharge de pile oblige. 

Avec la Mitsubishi iMiev, grandement dépendante de notre réseau électrique, il est important de calculer ses déplacements. Normalement, il est possible de parcourir environ 100 km avec une charge. Bien entendu, par un soir d’hiver où l’on utiliserait les phares, les essuie-glaces, le dégivreur de lunette, la soufflerie et les sièges chauffants, l’autonomie en prendra pour son rhume. Vous aussi d’ailleurs si vous aviez calculé votre trajet sans garder de marge de manœuvre. 

Pas électrisante, mais… 

Au chapitre des performances, les maigres 66 chevaux annoncés peuvent susciter la crainte des acheteurs. Pourtant, à l’époque où les sous-compactes ne se faisaient pas encore la guerre à la puissance en dépassant les 110, puis 120 chevaux, rappelez-vous de la Pontiac Firefly munie d’un 3 cylindres qui développait tout juste 55 chevaux et qui se mêlait malgré tout à la circulation sans problème. Contrairement à cette dernière, la Mitsubishi iMiev a cependant bien plus qu’un avantage de 11 chevaux : elle profite de l’immense couple caractéristique des moteurs électriques, qui dans ce cas se chiffre à 145 lb/pi. Ainsi, la iMiev est prompte et s’intègre sans problème dans le flot de la circulation sur les grands boulevards. En fait, on est même surpris de ses performances au premier contact. Puisque dépourvue de transmission, le ratio du moteur sur l’entraînement en prise directe a été calibré d’abord et avant tout pour la ville. La iMiev est bien capable de tenir une vitesse de 120 km/h sur l’autoroute, mais au-delà des 100 km/h, ça demande un peu de patience pour accélérer. De plus, l’autonomie s’en trouve affectée. 

Autopsie d’un échec 

La Mitsubishi iMiev se débrouille honorablement sur la route et les craintes en matière de performances ou de comportement routier s’estompent rapidement à l’essai. Pourquoi alors nos routes ne sont-elles pas bondées de iMiev? L’autonomie de 100 km n’est pas réellement un problème dans la majorité des situations, mais pour les quelques fois où on a besoin de parcourir une plus longue distance, une voiture comme la Volt de Chevrolet, qui intègre une génératrice permettant de fournir le moteur en électricité est une option plus viable. Surtout pour une province comme la nôtre où en dehors de l’île de Montréal, les villes sont parfois distancées. 

Cependant, l’autonomie n’explique pas tout. La plupart des ménages possédant plus d’un véhicule, la iMiev pourrait très bien être utilisée pour les courts déplacements ou juste pour le travail. Mais à plus de 30 000$ la copie, ça ne donne pas très envie. La Mitsubishi iMiev souffrirait de la comparaison avec n’importe quel véhicule actuellement sur le marché en matière de finition. Les plastiques de l’habitacle ainsi que la sonorité des portières lorsqu’on les referme ne sont tout simplement pas dignes d’une voiture de ce prix et s’apparentent davantage à une voiturette de golf de luxe. 

Si vous avez la fibre écologique très développée, la iMiev peut être un moyen de transport intéressant. Cependant, elle n’est pas la seule voiture électrique disponible et il vaut mieux comparer.

Fiche technique de la Mitsubishi iMiev 2013

 

  • Prix de base 32 998 $
  • Prix du modèle essayé 32 998 $ 
  • Entraînement : propulsion 
  • Moteur : AC 330V, 66 chevaux, 145 lb/pi de couple 
  • Boîte : Automatique 1 rapport