Mercedes-Benz Classe C 2016 — La renaissance d’une étoile

par Daniel Charette, décembre 29, 2015

APPRECIATION DE: Mercedes - Benz classe c 2016

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

En 2008, le constructeur allemand avait frappé très fort avec la troisième génération de Classe C. Elle était plus solide, plus performante et ô combien plus jolie que sa devancière. En fait, le plus gros problème d’une voiture aussi bien réussie est de parvenir à la renouveler. Voyons d’un peu plus près cette nouvelle venue, la Mercedes-Benz Classe C 2016  ou, pour les intimes, celle appelée par le nom de code W205.

La Mercedes-Benz Classe C vient de voir ses lignes évoluer cette année. Ce n’est pas dans l’habitude de Mercedes de changer drastiquement de style et c’est tant mieux. Ainsi, l’ancienne génération n’est pas complètement dépassée. En revanche, la nouvelle est clairement plus gracieuse et on lui reconnait des traits de la grande Classe S. Elle paraît Mercedes-Benz C 250 BlueTEC, Avantgarde, Diamantweiss metallic, plus dynamique, mais n’a rien perdu de son chic. Au contraire même, c’est la première fois que je vois une Classe C s’attirer autant de regards d’admiration. À plusieurs reprises en me garant au cours de cet essai, on m’a fait un compliment sur « ma » voiture. Je m’empressais de préciser qu’elle n’était pas mienne et qu’elle serait plutôt la vedette d’un futur essai ici même sur GuideAuto.com. Peut-être est-ce la raison pour laquelle vous lisez ces lignes…

Une mécanique brillante 

L’exemplaire à l’essai, une C300 4MATIC, se met en mouvement grâce à un petit 4 cylindres turbocompressé de 241 chevaux et surtout, d’un généreux couple 273 lb-pi disponible à très bas régime. Au volant, jamais on n’entend ce petit moulin grogner. La boîte automatique à sept rapports travaille merveilleusement bien, tellement qu’on ne s’ennuie presque pas des transmissions mécaniques encore offertes par la concurrence. Presque pas. Désormais, le rouage intégral est de série, il n’y a en fait que la version AMG qui y échappe, raison de plus pour s’en tenir aux modèles plus abordables.

Malgré la faible cylindrée de son moteur, jamais la C300 4MATIC ne m’a semblé à bout de souffle. En fait, elle performe honorablement dans toutes les situations et consomme avec une belle retenue. Mercedes-Benz C 250 BlueTEC, Avantgarde, Diamantweiss metallic, Son tempérament n’est pas aussi sportif que celui d’une BMW de Série 3 par exemple, mais sa direction demeure très précise et permet d’avoir un bon contact de la route. La suspension, calibrée d’abord pour le confort, est pourtant capable de contenir le roulis en virage rapide et même les changements de trajectoire n’affectent jamais l’aplomb de la voiture.

La cerise sur le gâteau

J’aime bien garder le meilleur pour la fin. Si je n’ai pas encore suscité votre intérêt à découvrir la nouvelle Classe C, c’est que j’ai omis de vous dire qu’elle dispose du plus bel habitacle que j’ai vu depuis longtemps dans une voiture de moins de 75 000 $. La dernière fois que j’ai été aussi impressionné, c’était lors de la sortie de la première génération de l’Audi TT. Bref, Mercedes-Benz a fait un pas de géant dans l’habillage intérieur de sa populaire berline. Les teintes et les finis s’agencent à merveille et l’ambiance qui règne à bord donne envie de passer tout droit devant sa destination pour faire durer le plaisir. Comme tout est dans les détails, il faut souligner les grilles de haut-parleurs, qui sont de véritables pièces d’orfèvrerie et mériteraient d’être exposées au salon tant elles sont jolies.

Côté pratique, on appréciera le confort des sièges sur de longs trajets, mais l’espace de chargement restreint la quantité et la taille des bagages. En fait, j’ai successivement mis la même poussette de bébé dans le coffre d’une Mercedes-Benz de Classe C de 1995, soit de première génération et beaucoup plus petite, puis dans la 2016 et ce n’est que dans celle âgée de vingt ans qu’il a été possible de réussir cette opération sans enlever les roues. Au passage, il faut noter la commande du centre multimédia, une sorte de pavé tactile qui se moule dans la paume de la main. Elle peut sembler déroutante au début, mais c’est finalement beaucoup plus efficace que les molettes rotatives.

w202-vs-w205 Au final, on peut affirmer que Mercedes-Benz a frappé un grand coup avec cette quatrième Classe C. La concurrence devra réagir et surtout, continuer d’offrir des boites mécaniques puisque c’est l’argument ultime, voir le seul, qui retiendra les conducteurs sportifs de faire le saut chez la marque à l’étoile.

Fiche technique de la Mercedes-Benz C300 4MATIC 2016

Prix de base 43 000 $

Prix du modèle essayé  51 400 $

Entraînement : intégrale

Moteur : 4 cyl. en ligne, DACT, 2 L turbocompressé, 241 chevaux, 273 lb-pi de couple

Boîte : automatique, 7 rapports