Jaguar Type S 2002 : toujours aussi impressionnante

ESSAIS ROUTIERS par Sylvie Rainville, juin 4, 2001

La Jaguar Type S a déjà fait la une de ce site il y a un peu plus d’un an. Mais comme j’ai eu la chance de pouvoir la conduire de nouveau, pourquoi ne pas répéter ma joie de l’avoir essayée une autre fois.

Car c’est un pur plaisir que de prendre le volant de la toute récente Type S. Cette Jag, on le sait maintenant, a été développée en même temps que la Lincoln LS (puisque Jaguar appartient maintenant à Ford!) et elle est disponible avec un V6 3,0 litres ou un V8 de 4,0 litres. C'est ce dernier qui équipait ma voiture d’essai. La seule transmission disponible est une boîte automatique à cinq rapports qui peut se manipuler manuellement. Avec le couple (287 lb-pi) du V8 de 281 chevaux , cette boîte passe ses rapports avec douceur mais précision. Le son du moteur change à peine sous l’accélération. Évidemment, j’ai renoué avec la superbe tenue de route de cette auto presque légendaire. Munie des pneus Pirelli 235 50ZR17 optionnels, cette berline anglaise colle à la route malgré la conduite agressive. Quant au freinage avec ABS, il est aussi puissant que la voiture est rapide. Incidemment, rappelons que Jaguar estime une accélération de 0 à 100 km/h en quelque 7,1 secondes avec le V8 (et 8,5 secondes avec le V6).

Il faut littéralement se glisser derrière le volant, car le toit est bas et le pare-brise relativement incliné. Une fois bien installé, le conducteur aura devant lui un superbe tableau de bord aux lignes courbes et une instrumentation très lisible. Tout est à la portée de la main incluant la commande vocale. Malheureusement, cette option n’était pas sur ma Jag d’essai. Les sièges, d’un beau cuir typiquement British, étaient confortables à souhait et les passagers d’arrière jouissaient de suffisamment d’espace pour les jambes. La seule vraie critique que j’aurais à émettre sur l’intérieur, c’est que je trouve les piliers du pare-brise trop gros et trop inclinés pour une visibilité idéale. La malle est profonde et on peut agrandir l’espace cargo au besoin en rabattant le dossier des sièges d’arrière. La finition intérieure est tout simplement exemplaire.

Définitivement, c’est l’allure extérieure de cette belle berline qui nous accroche le plus. Jaguar s’est inspiré de son ancien modèle de berline des années soixante pour concevoir la nouvelle Type S. Heureusement, les dessinateurs ne sont pas tombés dans le panneau du rétro de mauvais goût pour cette voiture. Elle ne se démodera pas de sitôt. Décidément, ce fut un réel plaisir de renouer avec la Jaguar Type S.