Infiniti QX50 2016 — Plus ça change…

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, January 23, 2016

APPRECIATION DE: Infiniti - Qx50 2016

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

L’infiniti EX35, euh pardon EX37, ah non c’est vrai; QX50. Voilà, le QX50 donc, nous revient de nouveau avec un nom différent, après des changements d’appellation en 2013 et en 2014.  Le multisegment a fait l’objet de modifications pour l’année modèle 2016. Tellement, qu’on parle du « nouveau » Infiniti QX50 2016. Toutefois, rien n’est moins évident et il faut avoir l’œil bien aiguisé pour différencier un 2015 d’un 2016. Comme quoi plus ça change, plus c’est pareil.

Bonifié sur le plan de l’espace pour les passagers

2016 Infiniti QX50 L’Infiniti QX50 2016 n’est peut-être pas bien nouveau, mais on ne lui en demandait pas tant de toute manière. Il conserve ses qualités qui le rendent drôlement attrayant. Revenons en un instant aux modifications pour le millésime 2016, la plus importante étant l’allongement de l’empattement afin d’offrir un meilleur dégagement aux occupants des places arrière.

En réalité, ce modèle a été lancé il y a deux ans sur le marché chinois sous le nom de QX50L (le L étant pour longwheel base), tout comme la Q70 ici qui se décline également en Q70L. Bref, plutôt que de nous proposer les deux longueurs pour le QX50, on a simplement abandonné la plus courte et par conséquent, le nom reste inchangé et on n’ajoute pas de « L ». Pourtant, on aimait bien renommer ce petit multisegment ces dernières années…

Le reste des changements est purement cosmétique. Les pare-chocs sont revus et les carénages de la partie avant s’harmonisent aux plus récentes créations de la marque. Ce n’est pas frappant, mais c’est réussi.

Athlétique 

2016 Infiniti QX50 L’Infiniti QX50 2016 repose toujours sur l’architecture FM, que Nissan utilise pour une grande partie de la gamme de sa marque de luxe. D’ailleurs, on ne peut s’empêcher de comparer son comportement à celui d’une berline Q50 que l’on aurait mis sur des échasses. Le poids et le centre de gravité accrus du QX50 sont évidemment des handicaps, mais il s’en sort quand même bien mieux que la presque totalité des VUS (seuls certains Allemands peuvent lui donner une leçon).

Bien que l’on puisse trouver la suspension un peu sèche sur mauvais revêtements, c’est cette fermeté qui permet au QX50 2016 de ne laisser pratiquement aucune place au roulis en virage. Il n’est pas tout aussi agile ou sécuritaire que la berline Q50, mais pour un utilitaire, c’est une belle surprise. D’autant plus que ce petit Infiniti est plutôt musclé, comme en témoigne un sprint 0-100 km/h bouclé en 7 secondes… et une consommation de 13 litres d’essence super par tranche de 100 kilomètres.

L’Infiniti QX50 2016 retient les services du bien connu V6 de 3,7 L, réputé performant et un peu gourmand. Ce dernier est attelé à une boîte automatique à sept rapports qui travaille en toute discrétion.

Pas tellement utilitaire 

On le sait bien, rouler en VUS est souvent une affaire de style. Dans ce cas, le QX50 2016 en a et avec du muscle en prime. En revanche, si on souhaite acquérir un utilitaire pour bénéficier d’une grande capacité de chargement, le petit Infiniti déçoit quelque peu. À titre de comparaison, sa capacité de chargement de 526 litres fait pâle figure face à celle d’une Golf Sportwagon par exemple, qui dispose de 860 litres tout en jouissant d’un comportement routier plus sécurisant et d’une consommation inférieure de quelques litres aux 100 kilomètres.

Fiche technique de l’Infiniti QX50 2016 

Prix de base 37 900 $

Prix du modèle essayé 48 085 $

Entraînement : intégrale

Moteur : V6 à de 3,7 L, 325 chevaux, 267 lb-pi de couple

Boîte : automatique, 7 rapports