Infiniti FX35 2012 – Tout, sauf générique

ESSAIS ROUTIERS par Jean-Pierre Bouchard, August 21, 2012

APPRECIATION DE: Infiniti - Fx35 2012

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

En 2003, avec quelques années de retard, Infiniti a ajouté un utilitaire haut de gamme pour livrer bataille aux Acura MDX, BMW X5, Lexus RX et Mercedes ML de ce monde. Le FX innovait cependant par son design plutôt unique. Mais l’originalité constitue-t-il son seul argument? Au banc d’essai, un des 75 exemplaires du FX35 Édition Limitée 2012 offerts au Canada.

La version Édition Limitée du FX35 présente plusieurs éléments extérieurs distinctifs : couleur de carrosserie Electric Indigo, jantes en alliage d’aluminium au fini graphite et à 10 rayons de 21 po, phares de teinte foncée dotés du système adaptatif d’éclairage frontal avec mise à niveau automatique, prises d’air latérales et garnitures de portières de teinte foncée, longerons et barres transversales de toit en aluminium au fini graphite. À l’intérieur, on trouve d’autres petits détails uniques, tels que des pédales en aluminium et des tapis couleur graphite garnis d’un passepoil bleu.

Présentation intérieure cossue

La qualité de l’aménagement intérieur suscite peu de critique. À l’avant, l’accès est assez facile malgré la présence d’un seuil de porte un peu large. Une fois en place, le conducteur et le passager apprécient l’excellent confort des baquets. Ils sont larges et maintiennent les occupants bien en place. Le cuir qui les recouvre est de très belle qualité. La broderie Infiniti sur les dossiers rehausse l’aspect luxueux du véhicule, tout comme l’élégante horloge Infiniti qui trône au sommet de la console centrale.

Pour le conducteur, la recherche d’une position de conduite confortable ne pose aucune difficulté. Les plus grands disposent d’assez de dégagement pour les jambes et la tête. L’instrumentation de bord est facile à lire, et elle est bien disposée. La plupart des commandes sont faciles d’accès.

La visibilité présente toutefois certains problèmes. Les piliers qui retiennent le pare-brise, ceux du centre et de l’arrière, de même que la forme étroite de la lunette réduisent considérablement la visibilité. Lorsque le siège du conducteur est reculé au maximum – ce qui est nécessaire pour les conducteurs aux jambes plus longues – le montant du centre crée un angle mort important. Heureusement, la présence d’une caméra facilite les manœuvres de recul. Une fonction de visualisation fournit une vue plongeante pour faciliter les manœuvres de stationnement en parallèle, en montrant au conducteur la distance qui sépare le véhicule de la bordure du trottoir.

Les matériaux utilisés sont, dans l’ensemble, de belle facture. Et leur assemblage dans mon véhicule démontrait de la rigueur. En revanche, l’habitacle filtre difficilement les bruits de roulement et de vent.

Attention à votre tête!

Pour accéder à la banquette, les portes ouvrent grand, mais l’étroitesse de l’ouverture et la forme plongeante du toit, design oblige, invitent à faire attention pour ne pas se heurter la tête contre le toit. La banquette arrière accueille confortablement deux passagers de taille moyenne. Au centre, comme le plancher n’est pas plat, le passager manque d’espace pour les jambes. Pour un véhicule de ce gabarit, l’espace utilitaire pourrait par ailleurs être plus volumineux. À titre d’exemple, celui du Acura MDX offre 1 215 litres lorsque les dossiers de la banquette de la deuxième rangée sont relevés, tandis que celui du FX n’en propose que 702 litres.

Puissance au rendez-vous

Pour s’activer, le FX35 profite de l’excellent V6 de 3,5 l dont les 303 chevaux assurent des performances énergiques en toutes circonstances. C’est d’ailleurs l’un des plus puissants de la catégorie, tant au moment d’accélérer que d’enfoncer l’accélérateur pour dépasser. Ce V6 fait équipe avec une boîte automatique à 7 rapports qui fonctionne en douceur. Ce moteur autorise une capacité de remorquage de 1 588 kg (3 500 lb). Infiniti commercialise également une version propulsée par un puissant V8 de 390 chevaux.

Le véhicule est tout de même énergivore : en moyenne, j’ai obtenu 12,8 l/100 km. Contrairement à l’offre d’autres constructeurs, il n’est pas possible d’obtenir  une version diesel comme chez BMW (X5d) et Audi (Q7 TDI) ou hybride comme chez Lexus RX450h).

Sur la route, le véhicule démontre beaucoup d’aplomb. La suspension absorbe avec fermeté la plupart des imperfections de la route. La présence de pneus à profil bas qui équipent la version Édition Limitée ne laisse pas beaucoup de gomme pour amortir les chocs. Certaines réactions sont donc plus senties. L’une des forces du comportement routier de cet Infiniti est assurément sa sportivité. En courbes plus prononcées, le FX35 demeure stable et s’incline de façon modérée. La direction est rapide et précise, mais elle est un peu lourde à basse vitesse. De leur côté, les freins démontrent une grande efficacité.

Au sein de la catégorie des utilitaires haut de gamme, les choix ne manquent pas. Certains obtiennent une note globale un peu plus élevée, notamment sur le plan de l’habitabilité. De plus, pour un prix sensiblement comparable, il est possible d’obtenir chez d’autres constructeurs une motorisation diesel ou hybride. L’originalité du design FX35 en fait toutefois un produit original.

L’essentiel : Infiniti FX 35 2012

  • Prix de départ : 55 345 $
  • Prix du véhicule essayé : 63 850 $
  • Moteurs : V6 de 3,5 l (303 chevaux); V8 de 5,0 l (390 chevaux)
  • Boîte de vitesses : automatique à 7 rapports
  • Consommation (ville / route, selon le constructeur) : 13,4 / 9,3 l/100 km
  • Consommation moyenne réalisée : 12,8 l/100 km
  • Principale concurrence : Audi Q7, Acura MDX, BMW X5, Land Rover LR4, Lexus RX, Mercedes ML, Volvo XC90