Précédent   Forum GuideAuto.com > 2) Forum - Sports motorisés > F1 / INDYCAR
Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 28/01/2020, 16h06
Jean Bourque Jean Bourque est déconnecté
Maître
 
Date d'inscription: March 2013
Localisation: Québec
Messages: 3 994
Par défaut Bilan 2019 - Hamilton à un titre et 7 succès de Michael Schumacher

Lewis Hamilton a réalisé une saison remarquable en 2019 pour s'adjuger la sixième couronne mondiale de sa carrière en F1. Rarement le Champion du monde a autant semblé dominer son sujet que cette année.

Mercedes n'a pas pris pour habitude de se reposer sur ses lauriers. Comme tout top team conscient du fait d'avoir atteint la position de lièvre chassé par tous, l'équipe anglo-allemande n'a fait que se retrousser les manches année après année depuis le début de l'ère hybride et a chaque année remis en question son niveau de professionnalisme dans tous les domaines. Lewis Hamilton n'a pas fait exception à cette règle, et c'est avec rigueur que l'Anglais s'est octroyé 17 podiums dont 11 victoires, 13 départs depuis la première ligne (dont cinq poles), 21 arrivées dans les points (avec 100% des tours de la saison bouclés, record ultime), six meilleurs tours et 413 des 739 points de Mercedes en 2019.

C'est cette remise en question et cette recherche perpétuelle de progrès aussi bien humains, techniques, qu'organisationnels qui a mené l'équipe à se placer dans une position de danger en arrivant sur les tests hivernaux. Car finalement, qui, plus que Mercedes, était l'ennemi du team raflant tout sur son passage depuis le début de l'ère hybride en F1 ? Les errements initiaux de la firme à l'étoile à la sortie de la fabuleuse W10 EQ Power+ n'étaient pas feints ; pas plus que les craintes de ses pilotes de devoir passer par des moments difficiles au moins pendant les premières courses de la saison, alors que Ferrari déroulait de son côté des tests hivernaux qualitatifs mais finalement peu représentatifs des problèmes qui allaient être rencontrés en cours de saison.

Au-delà tous les manquements internes de la Scuderia dans des domaines où la différence se sent réellement sur l'ensemble d'une saison par rapport à Mercedes, il serait bien injuste de dire que c'est Maranello qui a jeté les titres en pâture à Mercedes en 2019. Non, l'équipe anglo-allemande est bien allée les remporter, et a non seulement réagi en corrigeant le tir et en apprenant à exploiter son auto en début de saison, mais en posant les jalons d'un agressif programme de développement, exécuté brillamment, comme si ses adversaires avaient été à la hauteur. Une nouvelle fois, Hamilton n'a lui non plus rien laissé au hasard et s'est poussé à se remettre en question de manière permanente, comme au cours d'une série de dix GP sans signer de pole position, un fait quasi-unique aussi bien dans sa propre carrière (il détient le record absolu avec 88 réalisations) que dans le parcours de Mercedes.

L'unité indéfectible et la confiance mutuelle entre Mercedes et Lewis Hamilton ont été testées et l'association en est ressortie grandie. Certes, Valtteri Bottas n'a pas représenté en interne de réelle menace pour la couronne mondiale comme Nico Rosberg avait pu le faire. Voici aussi une leçon apprise par Mercedes dans le passé récent : l'environnement de l'équipe est parfaitement adapté à la réalisation des objectifs collectifs. Et sans dire que Hamilton a eu la tâche plus ou moins facile qu'à une autre ère de sa collaboration avec l'équipe de Brackley pour mener en interne ses propres objectifs personnels, voici les faits : même s'il est distancé au général, Bottas est bel et bien second au championnat et a été le premier homme devant être battu par Hamilton avec le matériel dont il disposait. Que les errements de Vettel et l'ascension alternée de Leclerc et Verstappen soient venus apporter un peu de facilité dans l'appréhension course par course de la saison par Hamilton est un fait dont le Britannique n'est nullement responsable. Il ne saurait être reproché au #44 de ne pas faire face à une adversité digne. Le bilan interne dans son propre team est sans équivoque.

Voici donc, pour alimenter les fantasmes-espoirs-curiosités (rayez les mentions inutiles) que certains perçoivent désormais dans les enjeux de la saison 2020, la possibilité de voir Hamilton réfléchir à un défi en dehors de l'univers dans lequel il s'est créé l'essentiel de son palmarès et a pu se développer comme le sportif et la personne qu'il est devenu ces dernières années, bien au-delà du sport. Nombreux sont ceux qui imaginent la dernière étape d'une carrière bien riche en rouge, pour tenter de collecter ce que personne depuis Kimi Räikkönen n'est parvenu à obtenir dans une auto floquée du Cheval Cabré : une couronne mondiale.

Alors qu'il attaquera sa 36e année en janvier, le sextuple Champion du monde qui compte dans sa besace 84 victoires en 250 GP s'estime encore assez affûté pour aller égaler et surpasser les records de victoires (91) et titres (sept) de Michael Schumacher. Mais cette histoire n'a nullement besoin d'être écrite avec Maranello, ni pour lui, ni pour la discipline.

Source Guillaume Navarro, motorsport.com
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT -4. Il est actuellement 02h08.


Powered by vBulletin® Version 3.8.6
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #23 par l'association vBulletin francophone