Ford Focus 2012 : Une rivale sérieuse dans le segment des compactes

ESSAIS ROUTIERS par Guy Corriveau, octobre 7, 2011

Il n’y a pas si longtemps, on associait le constructeur Ford à la fabrication de grosses voitures et surtout du célèbre camion F-150. Aujourd’hui, la situation a changé. Déterminé à démontrer son leadership de constructeur respectueux de l’environnement, Ford travaille avec ardeur à la conception de véhicules écologiques.

 

Tout a débuté avec la distribution en sol nord-américain duTransit, une fourgonnette compacte à vocation utilitaire.  Introduite avec un moteur à quatre cylindres économique en carburant, elle est maintenant disponible en mode 100% électrique. Ensuite, Ford a lancé la sous-compacte Fiesta et le constructeur de distingue de nouveau avec la toute nouvelle Focus d’inspiration Européenne.

 

Tous les constructeurs modernisent l’apparence de leurs modèles compacts populaires. L’équipe des designers de chez Ford, sous la direction de Martin Smith, ne fait pas exception et propose, avec la nouvelle Focus,  une silhouette qui contraste avec la concurrence. L’élément visuel le plus impressionnant est la grille de calandre et la prise d’air de grande dimension placée sous celle-ci. C’est différent, ça plait.

 

On remarque sur les parois latérales des passages de roues élargies tandis que la partie supérieure affiche une ligne de point de fuite qui se dirige jusqu’à l’arrière. Et que dire d’un autre élément visuel qui capte l’attention ; la forme des feux arrière qui s’étirent vers l’avant, plus flagrante sur le modèle à hayon. Ça donne une touche particulière qui pourrait inspirer la concurrence et devenir une tendance.

 

Intérieur

 

Au volant, la position de conduite est bonne. Les baquets sont fermes et enveloppants non sans nous rappeler son origine européenne. À l’arrière, c’est un peu plus serré mais comme c’est une compacte, c’est un peu normal. Les dossiers de la banquette arrière s’abaissent de façon 60/40 sans former un fond plat. Ils agrandissent ainsi un coffre déjà de bonnes dimensions surtout dans le modèle à hayon. Les matériaux ont été choisis avec soin et soulignons la qualité de la finition. Les commodités et espaces de rangement sont nombreux et pratiques.

 

Les gadgets électroniques, il y en a beaucoup. Ils sont efficaces mais tout est relié à la rapidité de notre adaptation à les utiliser.  Ce sont des systèmes que l’on apprécie avec le temps, mais au début on rage un peu quand le résultat obtenu n’est pas celui espéré. Le tableau de bord est bien conçu et respecte les normes ergonomiques.

 

Les versions

La Focus est disponible en version berline (quatre portes) ou à hayon (cinq portes). Les deux configurations sont disponibles en  trois variantes : SE, SEL et TITANIUM.

Par contre, le prix de base annoncé à 15 999 $ ne concerne que la variante S, disponible qu’en version berline. Elle est livrée avec, en équipement de série : le volant télescopique, un petit groupe électrique et les roues de 15 pouces. Si vous préférez la version à hayon, il faut opter pour la variante SE qui, elle, débute à 19 899 $ soit 900 $ de plus que la berline SE à équipement égal. Un cran plus élevé et dotée d’un équipement plus relevé, est offerte la SEL dont le prix suggéré est de 21 499 $. Enfin, la version Titanium est surprenante. Son prix débute à 25 099 $ et  peut dépasser légèrement les 30,000$  avec ses jantes en alliage de 18 pouces et bien sûr le système MyFord Touch qui englobe toutes les commandes de la climatisation, du divertissement, téléphonie et navigation, plus l’intérieur en cuir, la caméra de recul et l’assistance au stationnement. Disons qu’à 30,000$, plusieurs déclineront l’offre et regarderont ailleurs. À ne pas oublier que nous parlons ici d’une Focus.

 

Équipement de série et options

Pour connaître la liste de l’équipement de série ou optionnel de chacune des variantes, nous vous conseillons de consulter le site du manufacturier à l’adresse suivante : www.ford.ca.

 Toute nouvelle motorisation

Sous le capot  la Focus dispose d’un tout nouveau moteur à quatre cylindres de 2,0 litres entièrement fait d’aluminium et faisant appel à l’injection directe et au double calage variable indépendant des soupapes (Ti-VCT). Sa puissance atteint 160 chevaux et délivre un couple de 145 livres-pied.  Il s’agit du seul moteur  pour le moment que le constructeur offre en Amérique dans la Focus. À venir, une version turbo.

Sur la route

 La version Titanium  le modèle que le constructeur a mis à notre disposition  propose une suspension ferme sans être désagréable. Une direction un peu plus précise aiderait le conducteur à profiter pleinement du rendement de la voiture sur l’autoroute. Quant au freinage, la réaction de la pédale et la réponse immédiate à la pression du pied nous rassurent.

La mondialisation est devenue le fer de lance du constructeur Ford depuis le lancement du Transit en amérique et cette décision est bénéfique  pour l’automobiliste nord-américain. La Focus 2012, dérivée de la version européenne en est un bel exemple avec les qualités routières qu’elle offre. Notre choix s’arrête sur la version médiane SEL à hayon, laquelle dispose d’un équipement qui répond à la demande de la plupart des consommateurs et à un prix concurrentiel.