Ford Focus 2012 : la petite aux grandes ambitions

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, mars 21, 2012

Mine de rien, la première Focus a traversé plus d’une décennie sur notre marché en étant retouchée à l’occasion. Populaire malgré quelques incidents en début de parcours, il était tout de même temps qu’elle cède sa place à une nouvelle génération. Que les sceptiques soient confondus : la Focus actuelle n’a rien à voir avec celle qu’elle remplace. Moderne à souhait, elle arbore des lignes semblables à celles de la Fiesta, laquelle est d’ailleurs une belle réussite.

Disponible en configurations berline ou à hayon 5 portes, c’est cette dernière et la plus intéressante des deux qui été le sujet de cet essai. Ce type de carrosserie qui gagne en popularité est élégamment présenté avec la Focus. Le profil du toit fuyant vers l’arrière donne certes du style, mais il gruge de l’espace de chargement. La capacité demeure malgré tout très convenable. Après avoir examiné la justesse de l’alignement des tôles, les attentes grimpent. Dès le premier contact, on ressent une impression de solidité et les premiers tours de roue le confirment par l’absence complète de bruits de caisse.

En toute complexité

Vouée à une large diffusion, la Focus se doit de plaire. Cela ne semble pas être un problème du côté du design, mais Ford a joué un peu fort la carte des gadgets pour s’assurer d’en proposer plus que la concurrence. Il en résulte une voiture pour monsieur-madame tout le monde… qui travaille à la Nasa. Membre en règle de la génération Y, j’utilise au quotidien toutes les iBébelles populaires et j’ai grandi avec les ordinateurs. Pourtant, l’interface de la Focus me dépasse complètement. En voulant réinventer la roue, on a conçu un monstre qui est tout sauf intuitif. Refusant de consulter le manuel pour comprendre le fonctionnement de la chaîne audio, il m’a été impossible de sélectionner la station de radio de mon choix pendant les trois premiers jours de mon essai. J’ai finalement découvert au fond d’un menu que le balayage automatique s’arrêtait uniquement sur les stations de jazz, préférence de mon prédécesseur. Ajoutez à cela le système de téléphonie mains-libre qui détectait le Blackberry de mes passagers, mais pas mon iPhone et vous comprendrez que je me suis senti bon pour prendre l’autobus de groupe jusqu’à la salle de Bingo.

Pragmatique

Si on se concentre sur la fonction principale de la Focus, elle devient beaucoup plus agréable. Spacieuse et confortable, elle n’est pas pour autant dépourvue d’aptitude à négocier les virages avec aplomb. Équilibrée au niveau du comportement routier, elle l’est également du côté mécanique. Le moteur 4 cylindres consomme avec une belle modération et il se fait généralement discret. Toutefois, il vaut mieux être conservateur au moment d’effectuer un dépassement à contre-sens. Avec la boite manuelle, on rétrograde parfois de deux, voir, trois rapports. Dans le cas où vous ne quittiez rarement les grands centres, cela ne devrait pas poser problème. Et si jamais vous décidiez de faire le tour de la Gaspésie en famille, vous aurez tout le temps voulu pour observer le paysage en roulant!

À l’ère où les automobilistes sont exigeants et recherchent des produits construits avec sérieux, cette Focus nouveau genre tombe à pic. Dans un format compact, elle réunit élégance, technologie et habitabilité. Tout cela, avec une consommation de carburant des plus raisonnables. Reste à savoir si vous aurez la patience pour apprivoiser ses gadgets ou si vous choisirez quelque chose de plus simple.

FICHE TECHNIQUE

FORD FOCUS SE 2012

Prix de base 15 999 $

Prix du modèle essayé 24 459 $

Entraînement : traction

Moteur 4 L, DACT, 2.0 L, 160 ch, 146 lb/pi de couple

Boîte manuelle 5 rapports ou robotisée 6 rapports

Appréciation globale 4/5