Ford Edge 2007 : Jumelage du confort et des fonctions utilitaires

ESSAIS ROUTIERS par Guy Corriveau, October 5, 2007

Le temps presse chez Ford. Si les têtes dirigeantes du constructeur se démènent à trouver des solutions pour ramener le constructeur sur la voie de la rentabilité, de leur côté, les stylistes et les ingénieurs s’appliquent à créer des modèles au goût du jour et répondant aux attentes des consommateurs. Le Edge est l’aboutissement de l’une de leurs créations, illustrant bien le souhait  du constructeur à vouloir redorer l’image de la marque.

À première vue, on observe l’aérodynamisme de ses lignes et la précision des détails.L’avant reprend un thème partagé par la Fusion, incluant  une grille de calandre caractérisée par trois bandes chromées, superposées. La forme des blocs optiques diffère cependant de ceux de la berline, étant carrés et débordant sur les ailes avant.  L’inclinaison prononcée du pare-brise épouse bien la ligne de toit qui, elle, s’harmonise élégamment à la ceinture de caisse élevée. À remarquer la ligne du toit plongeante vers l’arrière qui complète adroitement sa silhouette. En raison de son gabarit ni trop gros ni trop haut, il devrait  plaire davantage aux  dames qu’un VUS conventionnel.

Ce nouveau-né s’inscrit parfaitement dans la lignée des véhicules à la mode qui tendent à réunir les pricipaux attributs d’un VUS pour sa position de conduite surélevée et sécurisante, la tenue de route et le confort d’une berline et les fonctions utilitaires d’une fourgonnette. Il est offert en deux versions : SE et SEL.

HABITACLE

Si le Edge séduit au premier regard, prendre le volant demeure une expérience agréable. Un examen attentif nous permet de constater que la précision de la finition et des matériaux utilisés sont au rendez-vous. L’intelligence de la conception se remarque d’emblée où l’ergonomie et l’élégance se marient à merveille avec la fonctionnalité et la polyvalence. La planche de bord de bon goût, regroupant les principales commandes se fond harmonieusement dans une console centrale  large, munie de séparateurs amovibles dont la profondeur permet d’y placer un ordinateur portable à l’abri des regards. Les boiseries ont été remplacées par une finition argentée, plus moderne.  Concernant les espaces de rangement, ils ne manquent pas, autant à l’avant qu’à l’arrière.

Bien dessinés, les sièges offrent un bon support pour les cuisses tandis que le soutien latéral est convenable. Soucieux du confort des passagers arrière, signalons que les dossiers des banquettes sont inclinables. Côté négatif, l’absence d’un repose pied bien façonné.

Le Edge permet d’accueillir cinq passagers et met à leur disposition un vaste volume de charge. Fini les efforts pour obtenir plus d’espace à l’arrière grâce à la simple pression d’un bouton actionnant un dispositif qui rabat les dossiers d’une ou des deux banquettes. Pour le transport d’objets longs, rien n’égale la commodité du dossier repliable à plat du siège du passager avant. L’ouverture du hayon plaira aux personnes de six pieds et plus puisque son ouverture est élevée.

MOTORISATION UNIQUE

Ce nouveau né de la famille Ford se déplace grâce au travail d’un moteur de 3.5L en aluminium  de 265 chevaux et délivrant 250 lb.pi. de couple, doté des derniers développements technologiques. Le couple est transmis aux roues par l’intermédiaire d’une transmission automatique à six rapports, la seule disponible d’ailleurs. Livrant des performances dans la bonne moyenne, ce moteur se défend bien mais sa consommation nous est apparue assez élevée avec une moyenne de 16.9 L au 100 km en conduite normale. Le passage d’une vitesse à l’autre de la transmission  laisse une sensation de mollesse en conduite normale mais répond  vivement en forte accélération.

Si le Edge est offert de série avec la traction avant, un rouage intégral est également optionnel. Sans être permanent, ce système fonctionne au besoin, à l’aide d’un microprocesseur chargé de gérer le transfert du couple des roues avant vers l’arrière lors d’une perte d’adhérence. Pas conçu pour faire du hors route, ce dispositif temporaire est suffisamment performant pour vaincre les embûches que nous réservent nos hivers.Une chute de neige de 40cm durant notre semaine d’essai nous a permis de le mettre à l’épreuve. Son comportement sur les surfaces enneigées ou humides rassurera les plus craintifs. Il étonne par sa stabilité.

Le Edge jouit d’une nouvelle suspension arrière multibras à roues indépendantes. Les amortisseurs arrière, montés à l’extérieur des longerons du cadre, derrière le centre des roues améliorent la maîtrise du véhicule en plus d’assurer la souplesse nécessaire pour niveler les déformations de la chaussée. La puissance des freins assistés à disques avec ABS aux quatre roues et répartition électronique de la force de freinage n’amènent aucune critique.

Conclusion

Dans le but de regagner la confiance des acheteurs, on remarque en examinant le véhicule, l’utilisation de matériaux de meilleur qualité et une nette amélioration du travail exécuté dans le processus d’assemblage. Rappelons que le Edge est construit à l’usine de Oakville en Ontario, devenue vacante suite à l’abandon par le constructeur de la fabrication du Freestar. Maintenant que les stylistes et les ingénieurs ont bien fait leurs devoirs, la balle est maintenant dans le camp de l’équipe de marketing qui devra élaborer un plan pour changer la perception des consommateurs  qui croient que Ford construit  seulement de bonnes camionnnettes.

Pour

Style distinctif

Polyvalence de l’habitacle

Équipement de série relevée version SE

Contre

Consommation élevée

Prix élevé version SEL

Pas de transmission optionnelle