Entre la Suzuki XL-7 et la Hyundai Santa Fe, laquelle choisir?

NOUVELLES par Sylvie Rainville, May 9, 2001

Ironiquement, alors que je prenais possession d'une Suzuki XL-7 pour un essai à long terme de trois mois (voir autre article plus loin dans cette rubrique), j'ai aussi pris possession d'une toute nouvelle Hyundai Santa Fe pour une semaine. Réalisant que les deux véhicules étaient dans le même créneau et dans un segment de prix raisonnable, j'ai décidé de les mettre face-à-face, un exercice qui s'avérerait bien autre que ce que j'escomptais.

Deux véhicules très différents l'un de l'autre.

Alors qu'on serait tenté de les comparer aveuglément dans une même optique, il faut admettre au départ que les deux camionnettes sont totalement différentes l'une de l'autre malgré certaines ressemblances. D'abord, l'apparence extérieur est on ne peut plus différente. Alors que la Santa Fe présente une ligne plus osée, plus tape-à-l'oeil (ce terme n'est pas utilisé négativement ici), la XL-7 reprend le thème déjà exploité par la Grand Vitara. Elle est donc moins attirante mais elle demeure jolie dans son attitude noble. Les lignes de la Santa Fe sont plus élaborées avec beaucoup de recherches dans les courbes. Les ailes galbées et le capot sculpté attirent déja l'attention. De ce côté l'avantage va à la Santa Fe.

L'intérieur est également très différent entre les deux camionnettes. Encore une fois, la XL-7 reprend les accessoires de la Grand Vitara avec un tableau de bord simple mais bien exécuté. Celui de la Santa Fe est plus torturé et certaines commandes sont décidemment trop petites dont celles de la radio, notamment. Quant au chauffage, la Hyundai propose des commandes rotatives plus faciles à manipuler que les tirettes de la XL-7. Aussi, le chauffage au plancher de mon XL-7 pourrait être plus chaud et plus efficace. Une des caractérisitiques de la Hyundai qui m'ont déplues est cette continuité des lignes du tableau de bord dans les garnitures de portières. Il en résulte une partie en saillie contre laquelle je me suis frappée le bras à quelques reprises. Puis, les portières arrière de la Santa Fe m'ont parues étroites. Cette Hyundai n'accepte que cinq personnes à son bord mais l'espace cargo y est bon. Mon véhicule d'essai n'avait pas de toile cache-bagage, ce que je considère un must dans un tel véhicule. L'accès arrière de la Suzuki est beaucoup plus facile et il y a deux petites places supplémentaires grâce à une troisième banquette. Elles sont peut-être serrées mais elles y sont! Si l'espace cargo y est restreint, il peut s'augmenter substantiellement en rabattant cette dernière banquette. Puis il y a une toile cache-bagages. Finalement, je serais tenté de donner l'avantage à la Suzuki à ce chapitre. Cependant, la portière arrière de la Suzuki ouvre du côté du trottoir, ce qui n'est pas toujours pratique. Puis,il y a ce pneu de secours qui rend la visibilité arrière difficile (et l'essuie-glace qui ne couvre pas tant la lunette). Quant à la Hyundai, elle possède un hayon relevable traditionnel avec une ingénieuse poignée de portière à clenche qui en facilite la manipulation.

Une conception mécanique aussi différente

Du côté mécanique, il sera plus difficile d'accorder un avantage à une marque ou à une autre. La Hyundai utilise un moteur V6 2,7 litres de 181 chevaux qui est combiné à une boîte automatique à quatre rapports qui vient avec la fonction semblable à la Tiptronic de Porsche et qui permet au conducteur de passer les rapports manuellement. On "joue" avec pendant un moment…puis on s’en "tanne". Le boîtier de transfert est automatique sur la Santa Fe ce qui en fait une traction intégrale. La puissance passe aux roues arrièer et avant selon la motricité. Mais la Hyundai ne repose pas sur un châssis rigide comme une "vraie" camionnette. Le freinage à disques aux quatre roues est appuyé d'un antiblocage qui s'est avéré efficace durant mon essai. Les pneus qui équipaient cette Santa Fe étaient de très efficaces Michelin LTX M/S qui “mordaient” très bien sur la neige.

La Suzuki a aussi un V6 de 2,7 litres. Il fait 170 chevaux et sur mon véhicule d'essai (à long terme), il est combiné à une boîte automatique à quatre rapports bien conventionnelle. La XL-7 peut aussi être livrée avec une boîte manuelle à cinq rapports. Par contre, c'est un boîtier de transfert mécanique qui assume le partage de la puissance aux roues avant et arrière. En fonction deux roues motrices, la XL-7 est une propulsion arrière. Lorsque le conducteur sent le besoin d'une motricité aux quatre roues, il doit pousser le petit levier central dans la position indiquée. Mais en plus, la XL-7 a une fonction 4LO qui lui permettra de tirer certaines charges au départ (comme sortir un bateau de l'eau) ou de faire du "vrai" 4 x 4 dans des sentiers plus ou moins exigeants. Ce sera difficile d'en faire du pareil avec la Santa Fe qui n’a pas cette fonction. Les essieux avant de la XL-7 sont à enclenchement automatique. Forcément, si c'est un utilitaire "urbain" que vous recherchez, la Santa Fe fera l’affaire. Si c'est un "vrai" 4 x 4 qui offre aussi la robustesse d'une petite camionnette, alors, c'est la XL-7 qui a l'avantage.

Sur la route

La conduite d'une Santa Fe est agréable. Du poste de pilotage, on se penserait conduire un véhicule plus gros, ne serait-ce que par les formes obtues du capot. La XL-7 semble plus étroite. Les sièges sont confortables sur les deux véhicules mais là où la XL-7 affiche un avantage évident, c'est au niveau du silence et de la douceur de roulement. Décidemment, on n'entend qu'à peine le moteur et malgré un châssis de camionnette, la XL-7 ne produit presque pas de bruit sur la route. Dans le cas de la Santa Fe, c'est bien mais ce n’est pas le silence de la XL-7. Cette fois, l'avantage va certainement à la Suzuki. Quant aux performances, les deux véhicules m'ont semblé plutôt égaux. Les accélérations étaient bonnes et les reprises rassurantes. Mais les conditions hivernales m'ont empêché d'exploiter ce chapitre à son maximum. Cependant, pour circuler sur la neige ou la glace, les deux se sont avérés très efficaces.

Faire un choix entre ces deux camionnettes n'est pas facile. La Santa Fe s'adresse à des gens qui recherchent luxe et opulence et un certain confort sans avoir à conduire une "camionnette". La XL-7 ira plutôt à des amateurs de "vraies" camionnettes robustes avec châssis pour pouvoir faire des excursions hors-route. La consommation de carburant est semblable pour les deux véhicules mais en hiver, elle est notable, soulignons-le. Finalement, il y a un point important où la Santa Fe a un avantage notable sur la XL-7, c'est au niveau du prix. Ma Santa Fe d'essai, un véhicule très luxueux avec intérieur de cuir, se détaillait autour des 29 000$. Ma XL-7 vaut près de 32 000$ et elle n'affiche pas le même luxe. Elle n'a même pas de sellerie de cuir. Serait-ce un facteur déterminant?