Dodge Charger 2013 – Le rêve a encore du sens.

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, décembre 17, 2012

APPRECIATION DE: Dodge - Charger 2013

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

La famille, le travail, la maison de banlieue et la grosse voiture garée devant : le rêve américain. En prenant le volant de la plus récente Charger, force est d’admettre qu’elle est aussi dans le coup. Une berline pleine grandeur n’est pas une mauvaise voiture en soi, mais on lui attribue habituellement une consommation de carburant gargantuesque et une piètre maniabilité. Et si la Charger faisait exception?

Dodge a été le premier du trio de constructeurs américains à cesser la production de sa berline pleine grandeur à roues arrière motrices en 1989 alors que les dernières Diplomat et Chrysler Fifth Avenue quittaient la chaîne d’assemblage. GM a fait de même quelques années plus tard en abandonnant sa Chevy Caprice. Et plus récemment, Ford a mis fin à la longue carrière de la Crown Victoria. Toutefois, Chrysler est revenu en force entre temps avec le duo 300/Charger. Depuis la dernière refonte, la plupart des préjugés concernant les grosses berlines américaines ne tiennent plus la route.

2013 Dodge Charger Tout d’abord, la Dodge Charger 2013 est convenablement assemblée. Aucun bruit de caisse ou grincement de plastique dans l’habitacle. La qualité des matériaux est également au rendez-vous et le design de la planche de bord n’a rien de vieillot et intègre toutes les commodités (ou gadgets diront certains) modernes. On comprend que les corps policiers qui s’attachaient aux quelques Crown Vic restants, de peur de se retrouver à bord d’une Impala à roues motrices avant, se ruent maintenant sur la Charger. En prime, son regard menaçant semble dire : « n’essaies pas, tu ne m’échapperas pas ».

Un V6 brillant

La Dodge Charger 2013 est bien de son époque et sa mécanique est tout à fait moderne. Le modèle à l’essai, équipé du superbe V6 Pentastar, de la boîte automatique à 8 huit rapports et du rouage intégral, est sans contredit la version la plus intéressante. L’efficacité de ce moteur est telle que les V8 Hemi optionnels paraissent superflus. De toute façon, mieux vaut se le dire tout de suite : ne serait-ce que par ses dimensions, la Charger n’est pas une berline sport. Malgré cela, on peut louanger son comportement routier rassurant et remercier les ingénieurs qui ont eu la sagesse de ne pas calibrer trop mollement la suspension pour plaire à une soi-disant clientèle traditionnelle, qui a de toute façon migré du côté de Toyota où la platitude de la Camry répond à leur définition d’une voiture qui « porte bien ». 2013 Dodge Charger with eight-speed automatic transmission

La traction intégrale, quand c’est nécessaire…

La Charger 2013 à l’essai est le parfait exemple de ce que devrait être une berline pleine grandeur. Qui plus est, la possibilité de commander le rouage intégral est un sérieux avantage pour notre climat. Notez que ce système intelligent désengage automatiquement l’essieu avant lorsque la motricité est satisfaisante, donnant du coup un comportement « propulsé » à la Charger, ainsi qu’une économie de carburant substantielle. À ce propos, la boîte optionnelle à 8 rapports autorise des régimes plus bas ainsi que des performances relevées. De plus, son rendement est irréprochable.

Évidemment, la Dodge Charger 2013 ne s’adresse pas à tout le monde, son format étant inutilement généreux pour la plupart d’entre nous. Par contre, pour ceux qui en ont besoin, elle s’avère un choix éclairé et se comporte beaucoup mieux que ses dimensions laissent présager. 

Fiche technique : Dodge Charger SXT AWD 2013

  • Prix de base 28 995 $
  • Prix du modèle essayé 40 345$
  • Entraînement : intégral
  • Moteur : V6, DACT, 3,6 L, 292 chevaux, 260 lb-pi de couple
  • Boîte : Automatique 8 rapports