Dodge Caravan eC 2003 : la plus simple de toutes les Dodge Caravan

ESSAIS ROUTIERS par Sylvie Rainville, mars 27, 2002

Indubitablement, la reine des minifourgonnettes demeure la Dodge Caravan, peu importe le nombre de concurrentes qui lui sont apparues au travers les années. Évidemment, j’ai pu conduire plusieurs versions de Caravan et Grand Caravan depuis que le véhicule a été lancé il y a presque vingt ans. Depuis les deux dernières années, j’ai eu la chance d’essayer quelques-uns des derniers modèles de la marque incluant une jolie version Sport que j’ai utilisée lors des vacances de Noël dernier. Cette minifourgonnette s’erst avérée un véhicule exceptionnel pour déplacer ma famille et mes amis durant la période des Fêtes. Tout récemment, je me suis rendu en Californie avec ma femme et mes deux ados et grâce à la complicité de mes amis de DaimlerChrysler Canada et de leurs contacts aux Etats-Unis, j’ai obtenu une voiture de presse locale pour mon petit périple d’une semaine sur place. À notre arrivée à l’aéroport de Los Angeles, j’ai pris livraison de ma voiture de DaimlerChrysler USA et à ma grande surprise, c’était une Caravan eC, une version qui n’est pas disponible au Canada. C’était donc une véritable découverte. La Caravan eC est une minifourgonnette courte à quatre portes mue par un moteur à quatre cylindres de 2,4 litres à double arbre à cames en tête de 150 chevaux combiné à une boîte automatique à quatre rapports. Outre la climatisation, cette petite Dodge était plutôt dénudée. La seule option visible était un coussin gonflable pour le passager (la climatisation était de série). En fait, Dodge vend ce petit véhicule comme moyen de transport économique aux Etats-Unis. Le prix de base est de près de 16 000$ US alors que notre modèle d’essai affichait une facture de 17 305 $ US. Par conséquent, ma Caravan eC n’avait ni glaces électriques, ni déverrouillage électrique ou encore de sièges ajustables à commande électrique. Même les rétroviseurs devaient être placés à la main. Les sièges avant étaient des baquets confortables alors qu’à l’arrière, il y avait une banquette à trois passagers. La radio n’était qu’un modèle de base MA/MF à cassettes. En fait, nous n’avions pas besoin de beaucoup plus sauf que j’aurais bien aimé l’ABS aux freins. De plus, les glaces arrière n’étaient pas teintées, laissant nos bagages à la vue des passants. Si le véhicule m’avait appartenu, j’aurais fait teinter ces glaces pour un peu plus d’intimité. Mais, pour le reste, je pourrais facilement vivre avec la Caravan eC. Voilà le parfait petit véhicule pour les déplacements de tous les jours. Heureusement que la eC vient avec une boîte automatique à quatre rapports au lieu de l’ancienne boîte à trois rapports. Cette dernière peut être à l’aise en situation urbaine mais sur l’autoroute, et surtout en montagnes, elle serait durement sollicitée. Avec la famille, nous sommes dirigés vers les plages du sud de la Californie pour bifurquer plus tard vers Las Vegas au Nevada. Et c’est là que le petit quatre cylindres a eu à travailler plus fort. J’ai pu profiter des fameuses voies Pool Lane pour deux passagers et plus mais je dois avouer que l’on y conduit rapidement! En route pour Vegas, nous avons traversé deux séries de montagnes et un désert, le Mojave. La transmission devait alors rétrograder de quatrième en troisième pour grimper les côtes et cela, même à vitesse de croisière. Plus tard, lors d’une excursion d’une journée dans la Vallée de la Mort, la Caravan eC devait même passer en deuxième afin de suivre le rythme de la circulation. Le mercure oscillait autour des 82 degrés F (environ 25 degrés C) et malgré les fortes côtes du Red Rock Canyon, l’aiguille de température du moteur n’a pas bronché, prouvant que le petit moulin ne montrait aucune tendance à surchauffer. Et cela, malgré le fonctionnement de la climatisation! Même si ce n’était qu’un véhicule de base avec des pneus bien ordinaires, la Caravan eC nous a procuré un certain confort tout le long du voyage (plus de 1400 milles ou 2255 km). J’aurais bien apprécié le régulateur de vitesse mais l’accélérateur avait la résistance idéale pour ne pas trop fatiguer la jambe droite. Chaque fois que nous descendions, il fallait se souvenir de verrouiller les portières. Mais nous nous y sommes habitués. Ce que mes passagers ont bien apprécié, par contre, c’était la belle vue que nous avions tout le tour alors que les jeunes à l’arrière trouvaient qu’ils étaient bien assis, à la bonne hauteur pour tout voir. Ce que je trouvais agaçant, c’était de devoir ouvrir le hayon arrière avec la clé à tout coup. Une poignée mécanique aurait été utile. Mais ce qui était le plus remarquable fut la consommation plus que raisonnable de la Caravan eC. Sur un trajet de 1 400 milles (1 675 km), la petite Dodge nous donné une moyenne de 22,2 mpg US (26,6 mpg Imp. Ou 10,3 L/100 km). Ainsi, cette petite fourgonnette répondra certes aux attentes des petites familles avec budget restreint. En conclusion, je peux certes recommander cette Caravan qui n’a pas besoin d’afficher un prix exhorbitant pour satisfaire le besoin de bien des automobilistes. Malheureusement…elle n’est pas disponible au Canada !