Devrait-on tolérer l’utilisation d’Internet à des fins personnelles au travail?

LES GUIDES par Luis Rodrigues, mars 19, 2012

guide-emplois-utilisation-InternetNul besoin de faire l’autruche, l’utilisation d’Internet à des fins personnelles est importante en milieu de travail. Envoyer des courriels personnels et « surfer » sur Internet, tout le monde ou presque le fait. Saviez-vous qu’une personne sur cinq « surfe » en moyenne 30 minutes par jour au travail?

L’usage d’Internet à titre privé semble être toléré par les employeurs sous condition qu’il n’y ait pas d’excès. Il est à noter qu’il serait ardu pour une entreprise d’appliquer une politique de tolérance zéro. Un contrôle plutôt difficile à réaliser puisque l’usage d’Internet fait maintenant partie intégrante du travail!

Bien que l’Internet représente à l’heure actuelle la plus grande distraction au travail, une enquête de Mind Lab International nous révèle qu’une utilisation modérée peut augmenter la productivité des employés, notamment celle des femmes. Selon cette enquête, « les femmes n’ont besoin que de dix minutes d’utilisation d’Internet à titre privé pendant une journée de travail pour se reposer et rétablir leurs performances mentales – Source : Avira».

Quant aux générations x et y, la démotivation au travail risque d’être au rendez-vous si on empêche l’utilisation d’Internet (réseautage, envoyer et répondre à leurs courriels, recherches). Une anecdote intéressante : Ryan Tracy, un analyste connu de Chicago, avait l’impression de se retrouver au Moyen Âge lorsqu’il a terminé ses études. Son employeur avait bloqué l’accès à Facebook, Gmail et d’autres sites Internet populaires. L’homme de 27 ans se souvient de cette période comme d’une « bataille constante entre les gens qui voyaient la technologie comme un avantage et ceux qui la percevaient comme une nuisance – Source : Cyberpresse».
L’utilisation d’Internet à des fins personnelles n’est pas nécessairement néfaste pour l’entreprise. Il est peut-être temps de s’adapter à la nouvelle réalité et jeter un regard différent sur cette problématique. Comment peut-on être à la fois être flexible et s’adapter aux nouvelles générations de travailleurs tout en évitant les abus qui peuvent nuire à la performance au travail ou à la sécurité des données?
Chose sûre, l’une des premières démarches est d’implanter une politique portant sur l’utilisation d’Internet qui permet une flexibilité et qui responsabilise les employés. Dans notre prochain bulletin électronique, nous publierons un article dans lequel nous présenterons les commentaires d’avocats ou de spécialistes sur ce sujet plutôt délicat.

Crédit: Sophie Senneville, Co-présidente, Auto-jobs.ca et Suzanne Mercier Consultante