Chrysler 300S 2016 – Derrière cet air sérieux se cache un HEMI

ESSAIS ROUTIERS par Rédacteur invité, August 22, 2016

APPRECIATION DE: Chrysler - 300s 2016

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

Collaboration spéciale de Stéphane Quesnel

Les dirigeants d’entreprises qui offrent un choix de voitures de service connaissent bien cette grande berline.  Malgré son allure sérieuse, ce modèle cache toutefois une version « muscle car », activée par le moteur HEMI. Si vous cherchez un modèle « sleeper », qui n’éveillera pas la jalousie des employés, la Chrysler 300S 2016 pourrait faire votre bonheur.

Une version qui décoiffe…

En effet, j’ai récemment eu la chance de découvrir cette version qui décoiffe durant une semaine d’été. Le moteur consomme davantage que le V6 de la version plus abordable, mais la puissance et le couple (qui se rapproche de 400 lb-pi) sauront ravir celui pour qui la passion de conduire doit subsister à bord du véhicule fourni par la compagnie, tout en étant passablement écolo sur la grand-route.

C’est en accélération qu’on découvre le secret bien gardé de la 300S HEMI. Aucune hésitation. La réponse est vive et soutenue. Si bien, que les pneus Firestone d’origine peinent à ne pas crisser… de joie. La grande berline passe de l’arrêt à 100 km/h en six secondes. Et si vous pensez qu’elle aura des difficultés à prendre les virages, il faut savoir que le vieux cadre rigide qui date de l’époque DaimlerChrysler repose sur une suspension sportive bien calibrée, ainsi que des pneus de performances de 20 pouces de diamètre qui assurent une rigidité rassurante.

YOLO 

Techniquement, il faut savoir que cette propulsion est activée par un moteur de 5,7 litres assisté par une performante transmission à huit rapports. Le gros V8 peut cependant laisser reposer quatre cylindres en mode de croisière pour économiser du carburant. En matière de domptage des 365 chevaux, les systèmes d’assistance à la conduite vous assurent de demeurer bien en selle. L’antipatinage réagit toutefois un peu à la traine, ce qui laisse une impression de puissance, puisque les pneus ont le temps d’émettre du bruit pour satisfaire l’ancienne mentalité de macho qui sommeille en nous…

Évidemment, les comptables de l’entreprise veilleront d’abord à choisir les modèles qui en offrent beaucoup pour leur prix et qui consomment moins. Quoi qu’il en soit, le modèle cossu que j’ai mis à l’essai — dont le prix de base de 43 000 $ culmine à 55 000 $ avec la longue liste d’options — est un choix encore raisonnable pour la haute direction. Pour moi, c’est le rouge éclatant de sa carrosserie et ses roues de 20 pouces de diamètre qui ont d’abord éveillé mes soupçons quant à la puissance offerte pour son argent…

Belle facture intérieure raffinée 

2016 Chrysler 300S Assis à bord, on a une bonne impression de luxe et de confort. Lorsqu’on empoigne le volant gainé de cuir «fat grip», on n’a pas l’impression d’être à bord d’un modèle banal. Le cinquième passager assis au centre, à l’arrière, verra néanmoins son confort diminué par le renflement du plancher ou passe la transmission.

L’écran tactile multimédia est simple d’utilisation. Son interface plaira à ceux qui ne veulent pas passer leur première journée à lire ses instructions. Là où le macho verra son plaisir à bord diminué, c’est en prenant la molette rotative entre ses doigts ; celle qui remplace la boite de vitesse que l’on prenait bien en main… Mais ce n’est qu’une question d’habitude.

Fiche technique de la Chrysler 300S 2016

  • Configuration: grande berline
  • Moteur : 8 cylindres 5,7 L
  • Transmission : automatique à 8 rapports
  • Rouage : propulsion
  • Puissance/Couple : 363 chevaux, 394 livres-pied de couple
  • Consommation (selon EnerGuide) : 12,3L/100 km (combiné)
  • Concurrence de la catégorie : Ford Taurus, Dodge Challenger, Dodge Charger, Genesis G9