Chrysler 300S 2012 – Plus de changements qu’il n’y paraît!

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, mai 27, 2012

APPRECIATION DE: Chrysler - 300s 2012

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Appréciation générale:

À sa sortie en 2005, le Chrysler 300 m’avait plu tout de suite. Visuellement du moins, car une fois au volant, j’avais déchanté. Les dessous Mercedes (il s’agissait de la plateforme de la précédente classe E) semblaient bien enfouis. Lorsque le modèle 2012 est apparu, certes rafraîchi, mais reconnaissable à 300 milles à la ronde, je m’attendais à conduire sensiblement la même voiture. À ma grande surprise, j’ai eu l’effet « wow » à nouveau, mais pour de meilleures raisons.

Contrairement à celle qu’elle remplace, la Chrysler 300 2012 ne m’a pas charmé dès le premier regard, pour ensuite me décevoir sur le plan du comportement routier.

Un habitacle plus raffiné

Les lignes extérieures se sont peut-être épurées, mais elles ne surprennent pas autant que la première fois. Les plus importantes modifications ne sont pas visibles de l’extérieur. Ainsi, avant même de faire les premiers tours de roue, on remarque que l’aménagement intérieur s’est refait une beauté et c’est tant mieux. Disparue, donc, la planche de bord au plastique bon marché qui semblait issue d’une fourgonnette, à laquelle on avait greffé une montre analogique pour tenter d’en hausser le prestige. Les lignes sont plus suaves et les textures sont dignes d’une voiture luxueuse.

La pendulette est toujours au rendez-vous, mais elle s’harmonise beaucoup mieux à l’ensemble. Optionnel, le revêtement en cuir des sièges est confortable et particulièrement élégant dans sa livrée rouge telle que sur le modèle à l’essai.

Beaucoup de commodités

La Chrysler 300S offre, selon les options cochées, une gamme impressionnante de commodités. L’énumération de la liste serait fastidieuse, mais je mentionnerai les essuie-glaces à capteur de pluie, le régulateur de vitesse adaptatif, les phares directionnels et le volant chauffant. On ressent une petite influence européenne due au mariage avec Fiat qui transparaît dans l’habitacle, mais aussi par l’ajout d’un feu antibrouillard arrière.

Un six à la mode

La Chrysler 300S 2012 est offerte au choix avec un moteur V6 ou V8, mais le premier s’avère si complet qu’il saura satisfaire à peu près tout le monde. En fait, la seule raison (s’il en est une) d’opter pour le V8, est de pouvoir clamer : « j’ai un Hemi! ».

La version à l’essai, munie du V6 Pentastar de 3,6 L qui développe au passage 292 chevaux, s’est non seulement montrée performante, mais a fait croire à plusieurs par la sonorité de l’échappement qu’il s’agissait d’un V8. Comme le font d’autres constructeurs depuis quelques années, offrir un V6 de cette cylindrée avoisinant les 300 chevaux est une solution gagnante. Avec le jumelage du Pentastar à l’optionnelle boîte automatique à 8 rapports, la 300S autorise des accélérations franches et musicales, tout en consommant modérément les hydrocarbures. Considérant le généreux format de cette Chrysler, les moindres litres économisés seront les bienvenus!

Dire que la Chrysler 300S est confortable serait un euphémisme, mais ce qui surprend c’est le comportement routier qui n’est pas vilain pour un pareil mastodonte. Pas de quoi écrire à sa mère, mais suffisant pour s’engager dans une courbe à grande vitesse sans faire ses prières. En ville, tout n’est pas aussi rose. La 300S est à peine plus agile qu’une montgolfière, mais n’offre malheureusement pas une aussi bonne visibilité. Si disponible, aussi bien laisser le valet s’amuser ou simplement privilégier les destinations hors du centre-ville.

La Chrysler 300 2012 est bien supérieure à celle qu’elle remplace, mais certains détails ne semblent pas tout à fait réglés. J’ai rencontré un problème à bord de la version d’essai, avec le voyant lumineux du coussin gonflable qui s’est allumé à plusieurs reprises, accompagné d’un irritant avertissement sonore, le tout en roulant paisiblement sur l’autoroute. Un coup d’œil sur le web a démontré que quelques propriétaires ont déjà exposé ce problème sur des forums depuis 2005. Un tel ennui demeure mineur et la Chrysler 300S a beaucoup à offrir pour se faire pardonner.

FICHE TECHNIQUE : CHRYSLER 300 2012

  • Prix de base 32 995 $
  •  Prix du modèle essayé 42 990 $
  • Entraînement : propulsion ou intégrale
  • Moteur : V6, DACT, 3.6 L, 292 chevaux, 260 lb/pi de couple
  • Boîte : automatique 8 rapports