Chrysler 300 2015 — Laissez-vous surprendre

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, October 19, 2015

APPRECIATION DE: -

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

En une décennie, il se passe tout un tas de trucs. Par exemple de passer de Mercedes-Benz à Fiat comme partenaire. En 2005, lors de l’apparition de la 300, on louangeait sa plateforme puisqu’elle provenait de la Mercedes-Benz Classe E de l’époque, nom de code W211. Une excellente base, certes, mais à laquelle la qualité des éléments Chrysler qui y étaient boulonnés ne rendait pas tous justice. Un tas de trucs changent en une décennie…Mais comment se conduit la Chrysler 300 2015? Elle pourrait vous surprendre…

La Chrysler 300 a eu droit à une refonte pour 2011 et depuis, les choses n’ont cessé de s’améliorer. L’impression de qualité qui se dégage en prenant place à bord d’un modèle 2015 montre tout le travail qui a été fait. Au premier regard, on apprécie déjà le sérieux de l’assemblage des panneaux de carrosserie. Les joints sont plus serrés et constants qu’auparavant. Le même constat vaut pour l’habillage intérieur qui est exécuté avec beaucoup plus de soin qu’en 2005. Évidemment, les matériaux utilisés y sont pour beaucoup. Les plastiques sont de bonne facture, tendres, mais robustes. Le cuir des sièges est également invitant, autant par sa texture que la façon dont il est cousu. Les boiseries et les cadrans indicateurs sont également d’une rare élégance, surtout à ce prix. Dans la livrée Platinum à l’essai, on pourrait avancer sans trop de risque, qu’on retrouve le meilleur rapport raffinement de l’habitacle/prix de l’industrie.

Du muscle et de la retenue

Le Chrysler 300 2015 est proposé en option avec le costaud moteur Hemi, qui équipait d’ailleurs l’exemplaire à l’essai. Avec ses 363 chevaux et son couple qui frôle les 400 lb-pi, il autorise de solides performances. Grâce à la désactivation des cylindres, mais aussi à la transmission automatique à 8 rapports, la consommation demeure raisonnable. Au long de cet essai, j’ai pu obtenir une moyenne de 11.8 litres aux 100 km, ce qui n’est pas mal compte tenu de la taille de la bête.

La Chrysler 300 2015 a du muscle, mais n’est pas une sportive. Les accélérations et reprises sont énergiques, mais il ne faut pas s’emballer. On l’adopte pour son confort et son luxe abordable. D’ailleurs, elle est une excellente routière. Autoroutière, surtout. Quatre adultes peuvent voyager en tout confort et le coffre caverneux prend tous les bagages sans rechigner.

Un éléphant dans un jeu de quilles

La Chrysler 300 2015 est un peu moins à l’aise en milieu urbain. Non seulement est-elle énorme, mais sa visibilité est atroce. À l’avant, sur les côtés, à l’arrière, partout on se demande ce qui se trouve près de nous, car les surfaces vitrées ne descendent pas assez bas. Une affaire de style évidemment. N’empêche que si vous ne voulez pas rayer ces belles grosses jantes, vous vous retrouverez sans doute garé à plus d’un pied du trottoir.

Si la 300 équipée du Hemi offre une expérience à l’ancienne avec ses roues arrière motrices et un son guttural en accélération, le meilleur choix demeure la 300 avec le fabuleux V6 Pentastar qui lui, a droit de s’arrimer avec le rouage intégral en option. Il offre des performances amplement suffisantes pour le caractère du châssis, consomme moins et allège le train avant.

Fiche technique de la Chrysler 300 2015

Prix de base 38 195 $

Prix du modèle essayé 50 325 $

Entraînement : propulsion

Moteur : 8 cyl. en V, DACT, 5.7 L, 363 chevaux, 394 lb-pi de couple

Boîte : automatique, 8 rapports