Chevrolet Venture 2000 : Bonne à tout faire

ESSAIS ROUTIERS par Éric Lefrançois, December 28, 1999

La Venture est sans conteste la plus polyvalente du trio de mini-fourgonnettes qu’elle forme en compagnie des Oldsmobile Silhouette et Pontiac Montana. De fait, elle est la seule à s’offrir en version commerciale ou à pouvoir être équipée pour jouer les taxis. Mais l’objectif premier de la Venture est de se retrouver dans l’entrée de garage des jeunes familles qui portent une attention toute particulière au rapport prix-valeur, domaine où elle marque de précieux points face à la concurrence.

Cabine régulière ou allongée, à votre choix!

Un petit mot sur l’esthétique de cette Chevrolet pour souligner son manque de prestance face à sa vis-à-vis, la Montana, par la faute de sa grotesque calandre de Caprice. Cela dit, à l’instar des Dodge Caravan de Chrysler, la Venture se décline en versions à empattements régulier et long, et propose aussi, dans le cas de cette dernière, une quatrième porte. Les portières s’ouvrent donc sur un environnement clair, feutré et invitant. Position de conduite agréable, vision panoramique, équipement relevé, instrumentation toujours aussi pauvre, mais commandes faciles à lire et à manipuler. Quelques impairs aussi : des haut-parleurs arrière situés trop bas dans la malle arrière, l’absence d’un crochet portemanteau accessible (trois portes seulement) et des essuie-glace qui entassent la neige, la gadoue et la pluie à plusieurs centimètres des montants du toit. La qualité de fabrication souvent inégale de ce véhicule est en voie d’amélioration.

Une conduite sécuritaire

Le seul moteur qui anime cette mini-fourgonnette est le V6 de 3,4 litres qui développe 185 chevaux et 210 livres-pied de couple. Mais c’est encore trop peu compte tenu du poids et de la vocation du véhicule (surtout la version allongée), et ce, même si les reprises à bas régimes demeurent tout de même passablement énergique. La transmission automatique à quatre rapports qui l’accompagne travaille sans bavure et avec grande douceur. Au chapitre du comportement routier, la Venture est plutôt maniable et agréable à conduire. Cette mini-fourgonnette a les atouts nécessaires pour livrer bataille aux plus douées de ses concurrentes. Contrairement à ces dernières, la Venture procure cependant une sensation de conduite un peu plus utilitaire et affiche une tenue de route moins assurée en virage, sans doute imputable à la largeur du véhicule. Dommage enfin que GM n’offre toujours pas un système de freinage à quatre disques, même en option, sur cette Chevrolet qui, comme tant d’autres véhicules de cette catégorie, se révèlent souvent à bout de souffle après quelques arrêts intempestifs. Le puissant réseau de distribution de General Motors contribue largement au succès que remporte présentement la Venture même si General Motors serait en mesure de faire encore mieux.

Nouveautés en 2000:

Version courte avec équipement avantageux Ancrages pour sièges d’enfant à l’arrière