Cadillac ATS 2014 – Soumettre à la tentation

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, February 8, 2014

APPRECIATION DE: Cadillac - Ats 2014

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Beatifulnesslol:
  • Appréciation générale:

Aussi loin que je me souvienne, lorsqu’il était question de sport en format berline, on pensait à BMW. Puis, peu à peu, on s’est mis à inclure aussi les autres maques germaniques et désormais, les voitures allemandes sont la référence en matière d’agrément de conduite. Après l’échec de la Catera et la brève carrière de la LS chez Lincoln, Cadillac tient à nous faire savoir que la berline sport existe aussi au pays de l’oncle Sam et qu’elle se nomme ATS. 

La Cadillac ATS 2014 n’est pas la première tentative de Cadillac de dépoussiérer ses couleurs, mais certainement la plus sérieuse. D’abord avec le châssis, qui utilise des matériaux légers et rigides, dans le but d’équilibrer les masses entre les essieux. Puis, en offrant un choix de mécaniques où presque tout le monde peut trouver son compte.

En effet, trois motorisations sont au programme tandis qu’on peut troquer la propulsion pour la traction intégrale, à condition toutefois de choisir l’un des deux moteurs optionnels. Aussi, on a (un peu) pensé aux irréductibles de la conduite sportive, ceux pour qui une voiture qui ne comporte pas trois pédales ne sera pas même considérée. Il est en effet possible de substituer la transmission automatique à six rapports qui est incluse dans le prix pour une bonne vieille boîte manuelle à six rapports aussi, et du coup obtenir une réduction de 1495$. S’il n’est pas trop fâchant que cette transmission soit proposée qu’avec le moteur 2L turbocompressé qui est de toute façon le plus intéressant à plusieurs égards, il est dommage qu’elle soit incompatible avec le rouage intégral. 

De bonnes manières 

La Cadillac ATS 2014 qui a fait l’objet de cet essai est une livrée « de luxe » avec moteur 2L turbocompressé et traction intégrale et il y a fort à parier que ce sera la version la plus populaire. Offrant plus de nerf et de souplesse que le 4 cylindres atmosphérique de 2,5L (le même que la Malibu), mais sans alourdir le train avant comme le fait le V6 de 3,6L, c’est le choix logique. Sur papier, ce 2L surclasse même les petits moulins suralimentés d’Audi et BMW, pourtant d’égale cylindrée. À l’utilisation cependant, il est un peu plus rugueux et moins progressif que le moteur Audi, qui demeure le plus agréable des trois. 

Il n’en demeure pas moins que la Cadillac ATS 2L accélère promptement et ce n’est pas tout ce qu’elle fait de bien. Une bonne mécanique dans un châssis sophistiqué c’est intéressant, mais il faut pouvoir en tirer profit. Justement, la direction est très précise et pas trop assistée, ce qui est pourtant en contraste avec d’autres produits de la marque. Qui s’en plaindra? La suspension, juste assez sèche pour permettre de bien sentir la route, n’en est pas moins confortable et rend justice à la réputation de confort de Cadillac. 

Une question de présentation 

Ce qui démarque la Cadillac ATS de ses rivales, c’est avant tout son style. Évidemment, c’est une affaire de goût, mais on ne pourra pas accuser GM de plagiat! Si l’extérieur a des airs de déjà vu en reprenant les grandes lignes de la CTS, l’intérieur est davantage typé. Plusieurs agencements de couleur et de matériaux sont offerts et ils sont tous aussi élégants les uns que les autres. Le seul reproche que l’on puisse faire aux plastiques est l’odeur désagréable qu’ils dégagent lorsque la voiture est stationnée longtemps au soleil, un point relevé l’an dernier à bord de la Chevrolet Sonic. Ce phénomène semble cependant s’estomper au fil des kilomètres, puisque d’autres véhicules de la marque affichant un peu plus de vécu à l’odomètre ont été essayés sans que ce point soit relevé. 

L’instrumentation est dynamique, tout comme l’agencement des commandes. Tout le contraire du style sobre et conservateur des berlines allemandes. Les sièges sont d’un grand confort et chauffent rapidement, tout comme le volant d’ailleurs. Un bon point à considérer dans ce climat nordique. À l’arrière l’espace est un peu juste, mais on ne s’en plaindra pas. Après tout, on demande à Cadillac de produire une petite berline sportive, il ne faudrait pas donner envie à la direction de lui faire prendre du galon lors d’une éventuelle refonte. Le coffre par contre pourrait facilement être plus spacieux compte tenu des dimensions de la caisse, il semble que quelques précieux litres se soient égarés sous les garnitures. 

La Cadillac ATS ne fera peut-être pas nécessairement changer de camps les fidèles de chez Audi ou BMW, mais pour la première fois ils risquent de prendre la peine de passer chez Cadillac le temps d’un essai… 

 

Fiche technique de la Cadillac ATS 2014 

Prix de base 35 195 $ 

Prix du modèle essayé 50 685 $ 

Entraînement : intégral 

Moteur : 4L, turbocompressé, 2 L, 272 chevaux, 260 lb-pi de couple 

Boîte : Automatique 6 rapports