BMW 328i 2012 – Quand la petite joue les grandes

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, septembre 17, 2012

APPRECIATION DE: Bmw - 328i 2012

  • Consommation:
  • Qualite-prix:
  • Esthetique:
  • Confort:
  • Performance:
  • Appréciation générale:

Mettons les pendules à l’heure en commençant : la plupart s’entendent pour dire que BMW a inventé la berline sport avec la série 3, qui elle-même découle de la légendaire 2002. Délaissant le E pour le F, le nom de code cette sixième génération lancée en 2012 est F30 et marque un tournant pour la 3 à plusieurs égards.

Plus grande de 10 centimètres

La BMW 328i 2012 a été conçue alors que la série 1 était déjà en poste, contrairement à sa devancière qui a vu la petite apparaître à ses côtés à mi-mandat. Conséquence : on ne s’est pas gêné pour lui faire prendre tout près de 10 centimètres en longueur puisqu’elle n’est plus la petite de la gamme. Avec ses 4 624 mm, elle est plus imposante qu’une série 5 de génération E28 d’il y a 25 ans! Cependant, pour avoir possédé une de ces vieilles « Béhème », la nouvelle 328i est à des années lumières en termes de comportement routier de cette dernière qui était pourtant une référence à l’époque. Châssis rigide, suspension qui l’est tout autant, la recette originale fonctionne toujours, mais la technologie est bonifiée.

Turbo rime avec brio

La BMW 328i 2012 est équipée d’un 4 cylindres de 2 litres turbocompressé qui se veut une réponse tardive, mais drôlement convaincante au 2.0T de Audi. Avec plus de 240 chevaux sous le capot, la 328i est performante, mais beaucoup plus économique en carburant que si l’on avait utilisé un six en ligne atmosphérique comme il est coutume chez la firme bavaroise. La seule critique que l’on puisse faire à ce petit moulin est son cliquetis typé mazout. Heureusement, dans l’habitacle on n’entend rien de tout cela et c’est en sortant du véhicule avec le moteur en marche que j’ai remarqué ce détail.

Côté transmission, la version d’essai était équipée d’une boîte automatique à 8 rapports. Douce en mode « confort », elle réagit plus rapidement, mais de façon imparfaite en mode « sport ». Les rapports s’étirent, mais le temps avant de passer au suivant après une reprise énergique en fait de même. Il est parfois nécessaire de relâcher complètement l’accélérateur pour faire comprendre à la boîte qu’on a terminé de s’émoustiller et que l’on ne souhaite plus révolutionner à 5500 tr/min. À noter qu’une boîte mécanique à 6 rapports est offerte sans frais (c’est la moindre des choses!), mais en tant qu’option, l’automatique étant de série. Serait-on en train de manigancer la fin des transmissions manuelles?

Un comportement routier à la hauteur

La tenue de route de la 328i à l’essai avec l’ensemble sport était tout à fait à la hauteur des attentes d’un conducteur enthousiaste. Le roulis brille par son absence, le freinage est mordant et la mécanique bien éveillée. Les amateurs de slalom devront d’ailleurs profiter des qualités dynamiques de cette 3 sur nos routes montréalaises aussi lisses que la surface lunaire, car la moindre imperfection semble amplifiée au facteur 10 avant d’arriver dans l’habitacle. Je suspecte les pneumatiques d’êtres en grande partie responsables de ce désagrément, mais quoi qu’il en soit, on se retrouve à l’occasion en train de regarder dans le rétroviseur pour vérifier que l’on n’a pas échappé un morceau après être passé sur une bouche d’égout un peu enfoncée. C’est du sport.

J’adopte

La BMW 328i 2012 a un caractère bien à elle, mais tout compte fait les détails qui peuvent sembler agaçants au début ne sont aucunement gênants après quelque temps. À ce chapitre, le fonctionnement pour le moins particulier du levier de la transmission automatique s’avère pratique une fois assimilé. Idem pour l’ordinateur de bord. Les sièges recouverts de cuir sont d’un confort exemplaire, la chaîne audio optionnelle Harmon Kardon est un délice pour les oreilles et certaines caractéristiques comme l’affichage tête haute qui permet de garder l’œil sur sa vitesse en même temps que sur la route tendent à rendre la 328i 2012 fort attachante. Toutefois, les options sont aussi nombreuses qu’onéreuses, à l’exception du rouage intégral qui en vaut le prix.

Fiche technique : BMW 328i 2012

  • Prix de base 43 600 $
  • Prix du modèle essayé 54 650 $
  • Entraînement : propulsion
  • Moteur : L4, DACT, 2.0 L turbocompressé, 241 chevaux, 258 lb/pi de couple
  • Boîte : automatique 8 rapports