Acura TLX 2015 — Un ménage qui s’imposait

ESSAIS ROUTIERS par Daniel Charette, July 31, 2015

Voici la toute nouvelle Acura TLX 2015. Toute nouvelle? Oui, oui. Pourtant, on jurerait l’avoir déjà vu. Souvent même. En fait, elle remplace à la fois la TSX et la TL et reprend le même style que ces dernières, celui qu’Acura utilise pour tous ses modèles depuis des années : un regard d’oiseau de proie et une calandre triangulaire façon alu brossé.

Déjà, de remplacer deux modèles par un seul, sans qu’on ait l’impression qu’il manque un produit à la gamme, ça indique que ce changement était nécessaire. Mieux vaut se concentrer sur un modèle qu’en offrir deux très semblables, qui rataient la cible de toute façon.

Au moins, si ça ne fonctionne pas avec la TLX, ce ne sera qu’un échec au lieu de deux. Chose certaine, il ne sera pas facile pour cette nouvelle venue de s’opposer aux BMW de Série 3, Mercedes-Benz de Classe C et autres meneuses de la catégorie des berlines sport de luxe. Déjà si la TLX pouvait ne pas être aussi facilement confondue avec n’importe quelle autre berline de la marque produite dans les dix dernières années, ça lui faciliterait la tâche.

Des valeurs sûres 

L’Acura TLX est disponible avec deux moteurs déjà bien connus, soit le 4 cylindres de 2.4 litres ou le V6 de 3.5 litres. C’est ce dernier qui équipait la version essayée, aussi munie de la traction intégrale et d’une boîte automatique à 9 rapports. Notez qu’il est impossible de conduire une TLX équipée d’une troisième pédale. Au mieux, il y a la version à 4 cylindres qui se présente avec une boîte robotisée à 8 rapports, mais on perd du coup le rouage intégral.

L’Acura TLX 2015 se fait rassurante. Sa conduite est bien la responsabilité de la personne derrière le volant, mais les anges électroniques font une (trop?) grande partie du travail. Le régulateur de vitesse adaptatif permet de faire exactement le contraire de ce que l’on souhaite faire avec un régulateur de vitesse, soit garder le rythme. Au lieu de cela, la voiture ralentira et accélérera au rythme du véhicule qui la précède. C’est un peu la personne devant vous qui conduit votre voiture finalement… qui descend à 100 km/h en tentant de trouver de la gomme dans le coffre à gants, puis qui réaccélère à 120 km/h. Jusqu’à la prochaine distraction.

Pour un monde meilleur 

Latéralement aussi la TLX est sous l’emprise de l’électronique et on se fait rapidement ramener à l’ordre si on franchit une ligne. Ce système, outre sa fonction première, remplit un plus grand rôle encore en éducation puisque si on désire franchir une ligne sans alarmer le système, il faut faire en sorte que la voiture sache que cette action est volontaire et donc activer le clignotant. Ça semble évident, je sais bien, mais si tous les véhicules étaient équipés de ce dispositif (les camionnettes surtout), tout le monde devrait clignoter. Même le gars qui aime tenir le volant uniquement de son poignet gauche appuyé sur la partie supérieure devrait alors revoir sa technique et signaler ses changements de voie. Ce serait le début d’un monde meilleur.

L’Acura TLX 2015 est une berline passablement luxueuse, mais peut-être pas aussi raffinée que ses cibles germaniques. Les plus pragmatiques diront, et avec raison, que tous les accessoires et commodités de luxe y sont. En revanche, les autres trouveront qu’il manque cette petite touche, ces petits détails de présentation qui font que l’habitacle d’une voiture dégage une ambiance feutrée.

Pour la fiabilité avant tout, l’Acura TLX 2015 mérite le détour. Elle est mieux ficelée que ses devancières et surtout, drôlement bien garnie pour le prix. Si en revanche vous cherchez ce charme qui opère à bord des créations italiennes, anglaises et dans une certaine mesure allemandes, la TLX ne vous impressionnera pas plus que les autres modèles de la marque qu’elle remplace.

Fiche technique de l’Acura TLX 2015 

Prix de base 34 990 $

Prix du modèle essayé  46 041 $

Entraînement : intégrale

Moteur : 6 cyl. en V, DACT, 3.5 L, 290 chevaux, 267 lb-pi de couple

Boîte : automatique, 9 rapports